jeudi 18 août 2022
A VOIR

|

Maryse, de globe-trotteuse à couturière à Ua Pou

Publié le

Direction Ua Pou à la rencontre de Maryse, une couturière globe-trotteuse. Mutée à travers la planète au gré des postes de son mari, cette Marquisienne d’adoption a choisi de s’installer dans le sud de l’archipel où elle confectionne tenues et linge de maison personnalisés.

Publié le 04/01/2022 à 9:07 - Mise à jour le 04/01/2022 à 9:07
Lecture 2 minutes

Direction Ua Pou à la rencontre de Maryse, une couturière globe-trotteuse. Mutée à travers la planète au gré des postes de son mari, cette Marquisienne d’adoption a choisi de s’installer dans le sud de l’archipel où elle confectionne tenues et linge de maison personnalisés.


L’Afrique, les Comores, Moorea, les Marquises… Maryse Mauran, originaire de Madagascar, a beaucoup déménagé. En 2000, avec son mari Jean-Claude et leurs 5 enfants, elle atterrit à Ua Pou. Un coup de cœur pour le couple. “À chaque fin de contrat, on rentrait en France 2 à 3 ans, et on demandait à chaque fois de revenir à Ua Pou. C’était notre premier choix. Pourquoi ? Parce que la vie y est douce…” nous dit Maryse.

Un amour réciproque

Ancienne professeure des écoles, Maryse se met au service des habitants de Ua Pou. Fille d’une couturière, elle brode, taille, cout et confectionne des tenues sur mesure, que ce soit pour des mariages ou encore des communions et des confirmations. Elle a également créé une collection de vêtements pour les enfants de 3 mois à 7 ans. Elle fait des robes pour les femmes, des chemises pour les hommes, et brode du linge de maison.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Intégrée, la Malgache a su trouver sa place dans la communauté et ne s’imagine plus repartir : “Nos enfants ont grandi à Nuku Hiva et à Ua Pou. Ils se sont mariés en France pour les familles de leurs femmes, mais ils viennent ici pour leurs voyages de noces et on invite le village pour célébrer à nouveau leurs mariages”.

“C’est trop prétendre de dire que je suis Marquisienne, mais j’aime mes amis et les gens d’ici, et eux, ils m’aiment” confie Maryse.

infos coronavirus