fbpx
mardi 25 février 2020
A VOIR

|

Marina à Tevaitoa : le bras de fer continue

Publié le

Publié le 07/09/2018 à 15:52 - Mise à jour le 07/09/2018 à 15:52
Lecture 2 minutes

Le projet de construction d’une marina à Tumaraa, Raiatea, dans le district de Tevaitoa, continue de faire grincer des dents. Cette semaine, Tumaraa pour un développement durable- A Paruru ia Tevaitoa a déposé un recours devant le tribunal administratif de Papeete. L’association, composée de riverains opposés à ce projet, conteste la procédure. Pour son vice-président, Gérard Goltz, le projet a été “fait un peu en cachette”. Il affirme : “Il n’y a pas eu d’affichage, c’est bizarre.”

Début août, à la suite des enquêtes publiques, un arrêté pris en conseil des ministres a déclaré d’utilité publique la construction de la marina de Tevaitoa. Le but est de réaliser un espace sur le lagon qui sera prêt à accueillir une centaine de voiliers.

Depuis, les choses se sont accélérées. L’association s’affole. “Des engins lourds, de l’entreprise Boyer ont débarqué il y a deux semaines. Les travaux n’ont pas encore commencé mais cela devrait être bientôt le cas.” Pour le collectif contestataire, le lieu choisi n’est pas adapté. Cette installation va, selon eux, bouleverser l’écosystème.

>>> Lire aussi – A Raiatea, la population dit non à la marina de Tumaraa

Pour se faire entendre, les habitants ont tenté de rencontrer les élus. Le vice-président s’insurge : “C’est un langage de sourd.” Du côté de la mairie, on assure que l’enquête publique a permis de recueillir neuf doléances parmi lesquelles deux étaient recevables.

Désormais, l’association veut aller plus loin. Tumaraa pour un développement durable a déposé un recours devant le tribunal administratif de Papeete pour dénoncer l’étude d’impact. Jeudi, les membres de l’association se sont réunis. Ils ont décidé de porter un projet de zone de pêche protégée.

Les travaux eux, sont imminents. Le vice-président alerte : “Nous nous mobilisons. Nous sommes prêts à empêcher les travaux avec notre corps.”

Cyril Tetuanui : “J’étais prêt, s’ils étaient venus me voir, à proposer une consultation populaire “

Le maire de Tumaraa, Cyril Tetuanui, a réagi aux manifestations contre le projet : 

“C’est la politique du gouvernement, depuis 2012, de mettre en place dans chaque commune des Iles-Sous-le-Vent, une marina pour accueillir les voiliers. Tumaraa s’est proposée à l’époque pour pouvoir accueillir ces investissements lourds du Pays donc, je comprends ces gens-là. On s’est déjà rencontré, on s’est déjà expliqué. Mais aujourd’hui, le gouvernement a pris la décision de poursuivre ce programme jusqu’au bout, je pense qu’on laissera la justice trancher sur cette affaire. Je crois que le Pays a suivi la procédure normale pour ce genre de programme. J’étais prêt, s’ils étaient venus me voir, à proposer une consultation populaire. Ainsi, ça sera la population de Tumaraa qui va trancher sur le développement économique de Tumaraa. C’est dans cette optique là que je soutiens ce projet-là, pour pouvoir donner du travail à ma population…” 

 

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X