samedi 26 septembre 2020
A VOIR

|

Marché de Papeete : les vendeurs de fruits et légumes en colère

Publié le

Le ton monte entre la direction et les commerçants du marché de Papeete. De nouvelles règles sont entrées en vigueur lundi. Elles obligent désormais les vendeurs de fruits et légumes à débarrasser leur table tous les soirs. Pour la direction du marché il s’agit d’améliorer l’hygiène, mais pour les commerçants, c’est une vraie contrainte.

Publié le 02/07/2019 à 14:35 - Mise à jour le 11/07/2019 à 13:27
Lecture 2 minutes

Le ton monte entre la direction et les commerçants du marché de Papeete. De nouvelles règles sont entrées en vigueur lundi. Elles obligent désormais les vendeurs de fruits et légumes à débarrasser leur table tous les soirs. Pour la direction du marché il s’agit d’améliorer l’hygiène, mais pour les commerçants, c’est une vraie contrainte.

Depuis lundi, les vendeurs de fruits et légumes ont l’obligation de débarrasser leur table à chaque fermeture du marché. Ils peuvent stocker une petite quantité de leurs produits dans les chambres froides, mais le reste, ils doivent le ramener à la maison.
« C’est dur pour nous pour les mamas, surtout pour les personnes âgées de retirer ce qu’il faut sur la table, emmener dans le frigo et le lendemain sortir du frigo et remettre sur la table. C’est dur pour eux », raconte une vendeuse.

Et cette réforme leur coûte de l’argent. « C’est trop cher pour nous, entrer avec nos bacs, plus le frigo. On paie les deux. Avant on payait l’entrée, on laissait nos produits sur la table et on ne repayait plus. »

Lorsque les commerçants approvisionnent leurs stands, ils doivent peser leurs produits et reverser au marché une taxe de 20 Fcfp par kg. Avec ce nouveau règlement, si la marchandise n’est pas vendue dans la journée, ils devront donc la remporter et repayer la taxe le lendemain.

Interrogée, la directrice du marché explique que ces nouvelles règles visent à lutter contre la présence des rats et des souris, pour préserver la santé des consommateurs. « Nous avons eu il y a plusieurs années, des recommandations notamment en terme d’hygiène, de salubrité publique. Et la commune de Papeete a tenu compte de ces recommandations pour effectuer des remises aux normes d’hygiène et lancer un programme pluriannuel de travaux. Ça a commencé en 2012 donc ce n’est pas nouveau, assure Vaihere Tehei, directrice du marché.  Il y a eu des informations données aux commerçants, des réunions d’information à plusieurs reprises. Tout changement fait qu’en face nous avons des réactions, mais ce n’est pas nouveau. Les recommandations du service de l’hygiène, on en tient compte d’autant que ça peut générer des problèmes de santé pour la population. Notre marché n’est pas hermétique et donne accès aux nuisibles et avec une prolifération possible des nuisibles puisque les denrées sont laissées à l’extérieur. D’où la préconisation de la commune, de reconstruire des chambres froides pour permettre aux vendeurs sur place de pouvoir les stocker le soir. Derrière ça demande une petite logistique supplémentaire, une petite organisation qui n’est plus la leur, mais c’est parce qu’on tient compte de la santé de la population » 

La direction du marché n’envisage pas de revenir sur sa décision. En revanche, elle a entamé des démarches pour l’acquisition d’un engin roulant, et ce, afin d’aider les mamas à transporter leur marchandise.

REPORTAGETamara Sentis

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Le Pays accorde un prêt de 9,6 milliards de Fcfp à la CPS

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) par intérim, Vincent Dupont, ont signé, vendredi, une convention relative au prêt de trésorerie de 9,6 milliards de Fcfp, accordé par le Pays au profit de la CPS.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV