samedi 17 août 2019
A VOIR

|

Marcelle Pifao, une femme chauffeur de bus depuis 40 ans

Publié le

Publié le 05/03/2019 à 17:17 - Mise à jour le 05/03/2019 à 17:17
Lecture 2 minutes

Marcelle Pifao aime son métier. Nous l’avons d’ailleurs rencontrée sur son lieu de travail : un bus. “Quand ils me voient avec ce grand bus, ils doivent se demander mais comment elle fait pour conduire ce bus ? Mais c’est très simple, il faut être passionnée par le travail !”, lance-t-elle, les yeux pétillants.
 
Cette passion, elle l’a découverte au milieu des années 1970, peu après avoir rencontré celui qui est devenu son époux.
 
“À l’époque j’étais dans l’enseignement, raconte-t-elle. Et puis après j’ai connu mon mari. Ses parents étaient entrepreneurs de transports en commun, de trucks. Mon mari voulait que je travaille avec lui, j’ai accepté et j’ai quitté l’enseignement pour être chauffeur de truck !”
 
Marcelle travaille donc pour le compte de son beau-père, jusqu’à ce que ses beaux-parents tombent malades et finissent par décider de vendre tous leurs trucks.
 
“Après, mon mari aussi est décédé, en 1999. Je suis restée et en 2001, je suis allée voir Willy (Chung Sao, responsable de la société réseau de transport en commun de Tahiti (RTCT), NDLR), pour lui demander s’il n’avait pas besoin de chauffeur. Il ne m’a pas dit oui ou non, il m’a simplement dit prend ton bus et va avec. Et depuis là, j’ai travaillé jusqu’à présent.”
 
“Jusqu’à présent”, cela fait plus de 40 ans, du truck au bus. Et pour Marcelle, c’est toujours “un jeu d’enfant”. “Il faut aimer le contact avec le client d’une part, mais avant tout il faut bien savoir conduire. Pour la sécurité des gens, il ne faut pas se stresser quand tu conduis un bus”, souffle-t-elle.
 
Marcelle n’est pas peu fière de faire partie des trois femmes chauffeur de bus de la Presqu’île. “Il y a une de Teahupoo, une de Hitia’a et moi de Tautira”, précise-t-elle. “Mais je suis la plus ancienne.”
 
Est-ce qu’elle pense qu’aujourd’hui la femme a gagné sa place dans ce métier plutôt masculin ? Elle répond en toute franchise. “En principe non… mais de toute façon, chacun doit choisir son travail, reprend-elle. S’il y a une autre femme qui veut se mettre à ma place, qui veut être chauffeur de bus, qu’elle le fasse si elle le peut. Mais je ne sais pas si ce sera facile pour elle…”
 
 

Rédaction web avec Tauhiti Tauniua-Mu San et Mata Ihorai

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires