mardi 1 décembre 2020
A VOIR

|

Marae Arahurahu : la famille Taiore demande une contrepartie au Pays

Publié le

À Paea sur le site bien connu du marae Arahurahu, cela fait plus d’un mois que la famille Taiore a élu domicile sur cette terre qu’elle revendique et appartenant à ce jour au pays.

Publié le 28/07/2020 à 17:16 - Mise à jour le 28/07/2020 à 17:16
Lecture 2 minutes

À Paea sur le site bien connu du marae Arahurahu, cela fait plus d’un mois que la famille Taiore a élu domicile sur cette terre qu’elle revendique et appartenant à ce jour au pays.

Depuis plusieurs mois la famille Taiore a entamé des procédures au tribunal pour tenter de récupérer ce qu’elle juge être son bien, sans succès. Mais avec l’aide des membres de PKAO, « Polynesian Kingdom of Atooi » (une nouvelle monarchie auto-proclamée), une nouvelle procédure a été relancée et depuis, aucune procédure d’expulsion n’a été lancée.

La famille Taiore assure que ce site, très fréquenté des touristes et où bon nombre d’événements culturels sont organisés, ne leur sera pas interdit, mais qu’une contrepartie sera demandée au territoire. « Nous n’allons pas leur interdire de venir, par contre, à chaque activité ou manifestation organisée ici, nous demanderons une part des bénéfices réalisés à hauteur de 51% pour nous et 49% pour le territoire. Nous ne voulons pas que seul le territoire touche des bénéfices alors que nous, propriétaires terriens, ne percevons rien. Nous nous sommes installés ici une semaine, puis deux, et on nous a dit qu’on allait être expulsés. Mais nous avons dit non, nous ne bougerons pas de notre terre. Ensuite, on nous a demandé : qu’est-ce qui prouve que c’est votre terre, et nous avons montré notre dévolution successorale. Donc aujourd’hui, on demande au pays de venir nous rencontrer et de discuter » explique Bernard Taiore, de la famille revendiquant la terre dite « Fare Ura ».

infos coronavirus

À partir du 15 décembre, retour à la normale pour les voyages France – Polynésie

Les Français retrouveront avec la levée du confinement la liberté de circulation à partir du 15 décembre, a affirmé mardi le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, expliquant qu'il n'y avait "aucun problème à réserver" un billet d'avion pour les outremers.