fbpx
lundi 24 février 2020
A VOIR

|

Manatua en renfort de Honotua

Publié le

Le câble sous-marin Manatua touche enfin Tahiti. La cérémonie d’atterrage à Toahotu, et l’inauguration de la station télécom de Taravao ce samedi matin marquent l’aboutissement de quatre ans d’études et de travaux. Projet de coopération régionale, le système de communication à haut débit relie désormais quatre pays : Tahiti, Samoa, les îles Cook et Niue.

Publié le 25/01/2020 à 17:13 - Mise à jour le 27/01/2020 à 16:25
Lecture 2 minutes

Le câble sous-marin Manatua touche enfin Tahiti. La cérémonie d’atterrage à Toahotu, et l’inauguration de la station télécom de Taravao ce samedi matin marquent l’aboutissement de quatre ans d’études et de travaux. Projet de coopération régionale, le système de communication à haut débit relie désormais quatre pays : Tahiti, Samoa, les îles Cook et Niue.

Il est arrivé, mais ne sera opérationnel qu’en juillet, soit après le passage d’Emmanuel Macron. Un petit regret pour le haut-commissaire, qui a tout de même salué le déploiement d’une véritable “toile d’araignée”.

Deuxième câble international, Manatua vient ainsi sécuriser Honotua. Un “back-up” nécessaire, selon le gouvernement. Car “dès qu’il y a un accident sur ce câble, dès qu’il y a une rupture sur ce câble, c’est toute la Polynésie qui est coupée du monde. Et nous sommes obligés de rétablir des communications par satellite, ce qui ralentit naturellement les débits, indique le président Edouard Fritch. Donc il nous faut protéger notre câble.”   

(crédit photo : présidence de la Polynésie française)

Mais le projet Manatua présentait aussi l’avantage de partager les frais de construction avec un partenaire économique de choix : la Nouvelle-Zélande. Le câble relaye ainsi les deux pays en passant par Samoa, les îles Cook et Niue. Le contrat de mariage entre les quatre opérateurs doit durer 25 ans, soit la durée de vie d’un câble.

“Il faut savoir à un moment donné partager les dépenses comme on partagera demain les bénéfices, confie Edouard Fritch. On est arrivés à un gagnant-gagnant où effectivement, au lieu d’investir nous pour notre câble, nous avons investi la moitié pour un câble partagé avec la Nouvelle-Zélande.”

(crédit photo : présidence de la Polynésie française)

Coût de l’opération : 5,3 milliards de francs pour les 4 pays, dont la quote-part de l’OPT s’élève à 2,4 milliards de francs pour des travaux longs et complexes.

“Cela paraît simple aujourd’hui parce qu’on récupère une boule, mais en réalité c’est très complexe. Toutes les études en amont sont très complexes, explique Jean-François Martin, le président directeur général de l’OPT. Il y a des sociétés auxquelles on fait appel. Mais il faut savoir être capable de travailler avec et de comprendre les ingénieurs des cabinets à qui on confie les études. Les études sous-marines par exemple, le tracé de la route, tout ça ce sont des études préalables obligatoires avant de poser physiquement le câble.”

L’arrivée de ce câble offre de nouvelles perspectives pour la télémédecine, mais aussi pour la couverture médiatique des épreuves de surf aux Jexu olympiques de 2024, un événement qui va forcément consommer du très haut débit.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X