samedi 24 août 2019
A VOIR

|

Manatea Sartore, un Tahitien à Sciences Po Paris

Publié le

Publié le 29/07/2018 à 8:38 - Mise à jour le 29/07/2018 à 8:38
Lecture 4 minutes

Manatea Sartore a 19 ans et il est l’un des premiers Tahitiens à avoir intégré la prestigieuse université de Sciences Po Paris. Très modeste, il parle peu de son parcours, à moins qu’on vienne lui poser des questions. 

Tout jeune déjà, il développe un goût prononcé pour la lecture, la philosophie… “J’ai toujours aimé tout ce qui était intellectuel”, explique-t-il. Pourtant personne dans sa famille n’a particulièrement de lien avec la politique ou n’a fait de très longues études. “Mon père est sans emploi et ma mère est couturière.”

Au lycée, Manatea s’oriente vers une filière littéraire… option mathématiques. “Je ne trouvais pas mon bonheur en S. Il n’y avait pas assez de littérature et en L il me fallait quand même quelque chose de scientifique donc j’ai pris L option maths. J’adore les maths.”
Il obtient son baccalauréat avec une mention Très bien et décide de ne surtout pas s’arrêter là :“Tout de suite ça m’est venu : il faut que je parte, que je fasse de grandes choses”. 

> Dispensé de l’écrit grâce à son dossier

“J’ai toujours voulu faire quelque chose d’assez général et quelque chose d’ancré aux enjeux actuels. Sciences Po, on y parle de l’actualité, de l’histoire, c’est un peu un mélange de tout et j’adore ça.” Le concours d’entrée à Sciences Po est réputé difficile. Mais Manatea franchit l’étape avec aisance : “Il y avait une sélection sur dossier, un concours écrit dont j’ai été dispensé grâce à mon dossier, et un oral. C’était dossier plus écrit, plus oral.”

Pour passer l’oral malgré la distance avec la métropole, il a fallu trouver une solution : “J’ai demandé des facilités pour passer l’oral, à ce que je puisse le faire par Skype, mais dans des conditions d’examen, c’est-à-dire que j’étais à l’université, il y avait des surveillants d’université et je passais mon oral par Skype avec des gens de Sciences Po. Du coup c’était un horaire assez arrangé, vers 5 heures du matin pour moi, 5 heures de l’après-midi pour eux.”

> Responsable d’équipe, à seulement 19 ans

En août, Manatea va entamer sa deuxième année à l’université. Il était de retour à Tahiti à l’occasion des Championnats du monde de va’a vitesse. À seulement 19 ans, il a été chargé de s’occuper des médias locaux et internationaux, mais aussi des bénévoles. “C’était vraiment une expérience incroyable. Gérer une équipe, je ne savais pas du tout comment m’y prendre et c’est venu tout seul. Ça s’est très bien passé et je suis content de tout ce qu’on a pu réaliser avec mon équipe.”

Exit le stage planqué derrière un bureau du matin au soir, Manatea était sur le terrain aux aurores et repartait au crépuscule, courant à droite et à gauche au grès des demandes des journalistes et des besoins des bénévoles. “À Sciences Po, ils ont mis en place le stage civique de terrain parce qu’ils trouvaient que les politiques s’éloignaient trop de la réalité et créaient une élite au-dessus du peuple. Donc ils ont décidé de mettre en place ce stage civique pour que les politiques prennent conscience de ce qui se passe dans la société.”

Gérer une équipe à seulement 19 ans, pas facile. Et pourtant, Manatea a trouvé ses marques assez facilement. “Il faut savoir bien expliquer, ne pas prendre de haut. Il faut aller avec eux, les suivre et leur expliquer en étant avec eux. Il ne faut pas se détacher d’eux, il faut faire partie de l’équipe et faire comprendre quand même que c’est toi qui donnes les missions”. 

Tout ça, il ne l’a pas appris sur les bancs de l’université.  “À Sciences po c’est plus de la théorie, c’est-à-dire qu’on apprend tout ce qui est de la démocratie, comment fonctionnent les lois, la constitution, à quoi sert le Sénat… C’est tout ce qu’on apprend, mais on n’apprend vraiment rien de tout ce qui est pratique : gérer une équipe, la vie de tous les jours. Ce stage a été mis en place par Sciences Po pour ça. Un stage de terrain pour voir comment ça se passe et pas seulement rester dans un bureau.”

> Etudier un an à Washington

En deuxième année, le Tahitien va se spécialiser en “politique et gouvernement”. Il se voit bien un jour faire de la diplomatie, être député, sénateur, ambassadeur… Pour atteindre ses objectifs, il envisage de partir un an aux États-Unis. “Il faut savoir qu’à Sciences Po,  la 3e année se fait en échange international. Je pense aller à Washington dans une grande université pour acquérir des connaissances sur la politique américaine et la politique en général parce que Washington c’est le pôle politique américain et je pense que c’est une des villes où  il se passe le plus de choses au niveau politique donc je pense passer une année à travailler là bas.”

Après son bachelor, Manatea envisage déjà de poursuivre ses études en “master diplomatie et relations internationales ou en affaires publiques,  tout ce qui prépare aux grandes responsabilités politiques.” 

> Travailler en Polynésie ?

De hautes études, une motivation sans faille…. On imagine Manatea dans quelques années, revenir au fenua pour bousculer le paysage politique local. Mais ce n’est pas dans ses projets. ​ 
“En fonction des opportunités qui se présentent peut-être, mais pour l’instant ce n’est pas mon premier souhait de revenir travailler ici. La politique ici c’est assez traditionnel, ancré dans le bipartisme entre indépendantistes et autonomistes. C’est assez fixe. Peut-être dans les années à venir, apporter un renouveau à cette politique vieillissante, mais pour l’instant ce n’est pas encore le moment je trouve. “
 

Manon Della-Maggiora

 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Économie : l’embellie se confirme en Polynésie

Au volet économie, la reprise de l’activité se confirme ! L’IEOM, l’AFD et l’ISPF ont présenté mercredi les comptes économiques rapides 2018 de la Polynésie. Ils révèlent un Produit intérieur brut en progression de 2,5 %. Les principaux moteurs de cette croissance sont la consommation des ménages, les exportations et les investissements. Les détails dans ce dossier :

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Super Aito : Steeve Teihotaata compte bien conserver son...

Ce samedi sur Tahiti Nui Télévision, vous pourrez suivre en direct le Super aito 2019. Plus de 160 rameurs sont attendus pour la "course V1" de l’année. Parmi eux, le champion en titre Steeve Teihotaata :

Comment lutter contre les “fake news” ?

Si les fausses informations circulaient déjà bien avant l’avènement des réseaux sociaux, depuis leur arrivée, on ne compte plus le nombre d’intox. Véritable fléau, les "fake news" font hélas partie du quotidien des internautes.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV