mercredi 21 avril 2021
A VOIR

|

Manate Vivish : « l’entreprise va mal (…) Air Tahiti n’est plus en capacité de prendre en charge » les lignes déficitaires

Publié le

Le directeur d'Air Tahiti réagi aux propos du ministre en charge des transports inter-insulaires. Il explique la situation de la compagnie aérienne et pourquoi il n'est plus possible de desservir certaines îles.

Publié le 23/06/2020 à 17:07 - Mise à jour le 24/06/2020 à 9:38
Lecture 2 minutes

Le directeur d'Air Tahiti réagi aux propos du ministre en charge des transports inter-insulaires. Il explique la situation de la compagnie aérienne et pourquoi il n'est plus possible de desservir certaines îles.

Lundi, le ministre en charge des Transports inter-insulaires Jean-Christophe Bouissou a clairement lancé un avertissement à la compagnie locale Air Tahiti : « Si Air Tahiti continue sur sa voie, à savoir d’arrêter des dessertes, y compris aux Marquises et dans certaines îles des Tuamotu desservies par Air Archipels et les Twin Otter – parce-que dans notre rencontre, il était également prévu une continuation des twin otter. Alors à ce moment-là, nous ne pouvons pas encore participer au financement de la compagnie. (…) si la direction générale n’est toujours pas d’accord sur les propositions qui sont faites, on n’a pas d’autre voie possible que de créer une compagnie locale où nous allons assurer ces obligations de service public.« 

Au déconfinement, la compagnie intérieure a repris ses dessertes dans 10 îles puis 10 supplémentaires avant d’annoncer qu’elle ne pourrait pas reprendre ses vols dans les 27 autres îles.

Aux déclarations du ministre, le directeur de la compagnie aérienne, Manate Vivish, répond que l’entreprise est en situation difficile, subit des pertes liée au confinement : « l’entreprise va mal, l’entreprise à de sérieuses difficultés. Il incombe aux dirigeants de faire attention à la gestion de l’entreprise. »
Peu des îles desservies présentaient des résultats excédentaires. Les autres îles desservies, présentant des résultats déficitaires étaient financées par les excédents des autres destinations. « Face à l’absence des touristes et à la baisse des touristes, Air Tahiti n’est plus en capacité de prendre en charge ces déficits. »

« Les tarifs, les prix des billets sont ce qu’ils sont, les coûts d’exploitation sont aussi ce qu’ils sont sur ces îles là. Le fait de confier l’exploitation de ces lignes à une compagnie différente d’Air Tahiti ne changera pas malheureusement le problème », prévient le directeur.

Air Tahiti estime que la desserte des lignes déficitaires est une mission de service public. Mission que la société privée ne peut pas assurer.

Notre reportage

infos coronavirus