lundi 19 avril 2021
A VOIR

|

Malgré la Covid, les centres de vacances et de loisirs sont là pour la jeunesse polynésienne

Publié le

Malgré la période de crise sanitaire actuelle, les centres de vacances et de loisirs (CLSH) accueillent depuis lundi les enfants. Les animateurs ont reçu des consignes strictes. L’Union Polynésienne pour la Jeunesse (UPJ) a d’ailleurs tenu à rappeler ce matin l’importance des actions menées pour l’épanouissement et l’accomplissement des jeunes.

Publié le 15/12/2020 à 16:53 - Mise à jour le 15/12/2020 à 16:53
Lecture 2 minutes

Malgré la période de crise sanitaire actuelle, les centres de vacances et de loisirs (CLSH) accueillent depuis lundi les enfants. Les animateurs ont reçu des consignes strictes. L’Union Polynésienne pour la Jeunesse (UPJ) a d’ailleurs tenu à rappeler ce matin l’importance des actions menées pour l’épanouissement et l’accomplissement des jeunes.

Covid-19 oblige, les centres de vacances ont dû s’adapter à la situation sanitaire. Mais en cette période de fête, hors de question de laisser les enfants sans leur offrir un peu de réconfort. C’est d’ailleurs la ligne de conduite de l’Union Polynésienne pour la Jeunesse en charge de 44 associations qui s’occupent des enfants des quartiers : « Il y a de la bienveillance partout dans nos gestes, dans nos activités, dans nos rencontres, et surtout la bienveillance auprès de nos enfants qui, sans le dire, vivent la situation avec cette ambiance d’insécurité. Mais les enfants sont des êtres qui s’adaptent à tout » explique Patricia Teriiterahaumea, présidente de l’UPJ.

Pour ce mois de décembre, plus de 4 600 enfants sont accueillis dans 50 CLSH sur l’ensemble de la Polynésie. Ils sont sous la houlette d’animateurs qui font de leur mieux pour leur offrir un cadre serein, éducatif et sécurisé. Une mission qui existe depuis plus de 40 ans.

« Notre principale mission, c’est d’abord d’être un observatoire pour la jeunesse. Et ensuite, de proposer des axes de développement et offrir la voix des associations dans la construction d’une politique jeunesse à l’échelle de ce pays. On parle d’un véritable projet de société, et c’est ce vers quoi l’UPJ veut tendre pour 2021 » précise Taoahere Maono, directeur général des services de l’UPJ.

Chaque année, 32 000 jeunes sont encadrés par plus de 4 500 animateurs bénévoles, ce qui représente 18 000 familles polynésiennes touchées par les actions menées par l’UPJ.

infos coronavirus