lundi 1 juin 2020
A VOIR

|

(MAJ) Les maires remettent en question l’Autorité de la Concurrence

Publié le

Publié le 01/08/2017 à 5:50 - Mise à jour le 01/08/2017 à 5:50
Lecture 2 minutes

Réunis avec le Haut-commissaire et le gouvernement lundi après-midi, les maires des Raromatai, celui de Maupiti, Woullingson Raufauore en tête, réclament que le Pays minimise les pouvoirs de l’autorité de la concurrence. Ceux-ci souhaitent qu’on lui confère un avis simplement consultatif et non plus exécutoire. Ils veulent que l’Assemblée examine la question.

« Nous manquons de desserte maritime aux Îles-Sous-Le-Vent, plus précisément dans la commune de Maupiti. Il y a un investisseur qui veut se lancer, et nous voudrions que Îles-Sous-Le-Vent, ne soient pas oublié. Nous ne pouvons pas créer d’économie dans nos archipels, si l’on ne met pas en place une desserte maritime convenable afin de desservir l’ensemble des Îles-Sous-Le-Vent. », explique Woullingson Raufauore, maire de Maupiti, qui poursuit, « Nous avons demandé au Pays que ce soit lui qui prenne la décision finale concernant des projets de cette nature-là, et non plus l’Autorité de la Concurrence ».

On l’a compris, pour Woullingson Raufauore, c’est la décision de l’Autorité de la Concurrence qui bloque une éventuelle desserte de Maupiti. Ce que conteste Jacques Merot, président de ladite Autorité, qui estime qu’il n’y a pas de lien entre la décision rendue par l’AC et l’absence actuelle de desserte vers Maupiti.

« La décision que nous avons rendue, ne portait que sur le fret sur la zone interinsulaire des Raromatai, et en aucun cas sur le transport de passagers sur Maupiti. (…) Il y a un mélange qui est fait dans la communication des élus et peut-être dans celle du groupe Emar, pour lier les deux choses. »

« Il n’y a pas de lien entre les deux choses. » estime-t-il, poursuivant, « Rien n’empêche par exemple, la création d’une ligne entre Raiatea et Maupiti pour transporter fret et passagers, puisque aujourd’hui, il n’existe rien. Quand il y a une création, il suffit de demander une licence au ministère des Transports, et nous, nous n’avons pas à autoriser ou pas, vu que c’est une création. Il n’y a ni fusion, ni concentration. Nous n’avons rien à voir dans ce dossier, et nous pensons que c’est une très bonne chose si cette liaison voit le jour. Notre rôle est de préserver la concurrence, et là concernant notre décision, il n’y a rien qui empêche la Brasserie de créer une ligne entre Raiatea et Maupiti ». Et de conclure, « Tant que l’on est en création, nous n’avons pas à intervenir. »

Jacques Merot, n’en démord pas: « il y a un mélange qui est fait entre les deux opérations qui n’est pas raisonnable, et nous n’avons pas donné d’avis défavorable, on a rendu une décision favorable avec des aménagements. Si la société concernée n’a pas donné suite, c’est son affaire et son droit le plus strict, et aujourd’hui, rien ne l’empêche, si elle le souhaite de créer une ligne qui transporte fret et passagers vers Maupiti ».
 

Rédaction Web

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Tour de Tetiaroa 2020 : le classement

Au Yacht Club de Tahiti, avait lieu samedi la régate du tour de Tetiaroa 2020. Huit voiliers ont répondu présent afin de mettre le cap vers l’île de Marlon Brando.

L’ « exploit » d’un navigateur à Hiva Oa à bord...

Son voilier de quatre mètres, qu'il a conçu et construit lui-même pour 4 000 euros (environ 477 000 Fcfp), ressemble à une coquille de noix. Pourtant, Yann Quénet vient de traverser deux océans à bord de son "Baluchon" et déconfine à Hiva Oa, aux Marquises.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV