samedi 28 mars 2020
A VOIR

|

Maite Mai : des médias à la permaculture, portrait d’une reconvertie !

Publié le

Vous l’avez connue sur notre antenne. Depuis, Maite Mai a fait du chemin ! Après avoir quitté le monde des médias, cette jeune entrepreneure a choisi de se mettre à son compte et réaliser sa propre émission sur le Web. Mais Maite ne s’est pas arrêtée là, puisqu’elle a décidé de monter sa société de permaculture. Une reconversion professionnelle pour coller au plus près de ses valeurs.

Publié le 12/10/2019 à 16:36 - Mise à jour le 03/02/2020 à 13:41
Lecture 2 minutes

Vous l’avez connue sur notre antenne. Depuis, Maite Mai a fait du chemin ! Après avoir quitté le monde des médias, cette jeune entrepreneure a choisi de se mettre à son compte et réaliser sa propre émission sur le Web. Mais Maite ne s’est pas arrêtée là, puisqu’elle a décidé de monter sa société de permaculture. Une reconversion professionnelle pour coller au plus près de ses valeurs.

Après avoir passé quatre ans en tant que journaliste pour TNTV, Maite est désormais une jeune entrepreneure accomplie. Chez elle, dans cette chambre d’enfant reconvertie en bureau, elle fera naître son projet d’émission : le Maite Show.

« C’est partager la créativité, l’ambition, tous ces messages d’amour qui sont déjà dans plein de personnes autour de nous et qu’on oublie de regarder, confie-t-elle. Ça nous correspond, ça correspond à nos attentes aujourd’hui en tant qu’internaute et ça nous fait du bien. »

Un message positif comme une revanche sur l’actualité souvent négative. Maite a décidé de vivre en accord avec elle-même. Mais la reconversion n’a pas été facile.

« C’est vraiment difficile pour moi aujourd’hui, financièrement et en gestion de temps également, mais franchement, ça vaut le coup, sourit-elle. À aucun moment j’ai regretté de l’avoir fait parce que je gagne en qualité de vie et j’ai le sentiment tous les jours d’évoluer. »

Évoluer, grandir, apprendre… Maite le fait aussi dans son jardin. La jeune femme a décidé il y a 6 mois de se lancer dans la permaculture. Un art de vivre qui lui correspond et ce sont ses enfants qui en profitent le plus.

« C’est mon nouveau bureau, je travaille tous les jours dans la cour avec mes enfants. Il suffit de voir le bonheur que ça nous apporte. Les enfants s’épanouissent vraiment. On a une multitude de projets qui tournent autour des valeurs, des études de la permaculture, mais pour que tout ça soit viable, on commence par des séminaires, des ateliers de formation. C’est ce qui nous permet déjà de partager nos valeurs, de partager nos messages au plus grand nombre, et c’est ce qui nous permet aussi bien sûr de gagner de l’argent pour accomplir tous ces projets. »

Heiora Permaculture, c’est le nom de la société naissante et les débuts sont prometteurs. Maite témoignera de son expérience en tant que jeune femme engagée au Tahiti Women’s Forum, les 15 et 16 octobre prochains.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : les mesures d’hygiène sont-elles respectées par les...

Durant le confinement, il est autorisé de sortir afin de faire vos courses de première nécessité, tant que l'on a en sa possession l'attestation de déplacement. Mais quelles sont les précautions à prendre ? Et comment les clients vivent-ils ces nouvelles mesures ?

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV