dimanche 24 mai 2020
A VOIR

|

Maintien du transport du fret vers les îles : recommandations aux armateurs

Publié le

S'il a été décidé de suspendre le transport des personnes vers les iles, par avion et par bateau, la Polynésie étant désormais en phase 3, le transport du fret est lui maintenu. L’acheminement des marchandises est vital pour la vie des iles et il est donc de notre devoir et de notre responsabilité de tout faire pour préserver ce lien.

Publié le 23/03/2020 à 15:41 - Mise à jour le 28/03/2020 à 14:25
Lecture 2 minutes

S'il a été décidé de suspendre le transport des personnes vers les iles, par avion et par bateau, la Polynésie étant désormais en phase 3, le transport du fret est lui maintenu. L’acheminement des marchandises est vital pour la vie des iles et il est donc de notre devoir et de notre responsabilité de tout faire pour préserver ce lien.

Afin de maintenir le lien avec les archipels, lien qui n’a jamais été aussi crucial qu’en cette période, les armateurs sont ainsi invités par le ministère du Logement, en charge des transports interinsulaires, à prendre toutes les mesures permettant d’assurer la continuité de ce service essentiel et de préserver la santé des personnels et des équipages.

Voici quelques recommandations que certains armateurs ont déjà commencé à mettre en œuvre :
· Informer et former les personnels et les équipages aux gestes barrières.
· Mettre en place un contrôle sanitaire des équipages au départ et à l’arrivée de Papeete, ainsi que des personnels assurant l’enregistrement et la réception des marchandises.
· Communiquer sur les réseaux sociaux et auprès des communes dans les îles les horaires d’arrivée des navires pour inviter la population à étaler la récupération des marchandises sur une plus grande plage horaire.
· Solliciter si nécessaire la présence des policiers municipaux pour veiller au bon déroulement des opérations de récupération des marchandises.
· Organiser à terre un balisage pour la mise en place d’une file d’attente respectant les distances de sécurité de 1 mètre entre chaque personne.
· Organiser un espace de récupération à quai plus large qui permette d’éviter la cohue.
· Donner aux membres d’équipage au contact des usagers des gants et des masques si cela est possible.
· Mettre du gel hydro-alcoolique à disposition des usagers lors de la récupération des marchandises. Leur demander de respecter les distances de sécurité de 1 mètre dans la file d’attente. N’autoriser dans la file d’attente que la personne qui signe le document de réception de la marchandise et qui enlève la marchandise.
· Demander aux usagers de venir avec leur propre stylo pour signer les documents.
· À Papeete, demander le concours de la police portuaire pour gérer le flux des voitures à l’entrée du port et sur les quais.

La mise en œuvre de ces recommandations permettra d’assurer sans risque sanitaire l’acheminement et la délivrance des marchandises essentielles aux iles dans cette période de confinement.

Le ministre du Logement, en charge des transports interinsulaires, remercie des efforts consentis pour soulager la situation des îles.

La DPAM (direction polynésienne des affaires maritimes) reste à la disposition des armateurs au besoin ([email protected])

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV