lundi 19 avril 2021
A VOIR

|

Maintien des cours dans les écoles : « une équation complexe » pour Tepuanui Snow

Publié le

Pas de fermeture des écoles : c’est la réponse apportée aux nombreuses inquiétudes des parents d’élèves, élèves et équipes pédagogiques, ce lundi. Les classes et établissements réagiront de manière graduée à l’évolution de l’épidémie, et pour l’heure, on reste sur une stratégie au cas par cas… du moins dans le public, et l’enseignement catholique. Les parents d'élèves souhaitent interpeller les autorités et être forces de propositions.

Publié le 17/08/2020 à 23:09 - Mise à jour le 18/08/2020 à 10:25
Lecture 2 minutes

Pas de fermeture des écoles : c’est la réponse apportée aux nombreuses inquiétudes des parents d’élèves, élèves et équipes pédagogiques, ce lundi. Les classes et établissements réagiront de manière graduée à l’évolution de l’épidémie, et pour l’heure, on reste sur une stratégie au cas par cas… du moins dans le public, et l’enseignement catholique. Les parents d'élèves souhaitent interpeller les autorités et être forces de propositions.

Depuis la rentrée des classes, les 11 et 12 août derniers, et le désordre provoqué par les suspicions et les cas de Covid + dans plusieurs établissements scolaires : les familles et les équipes pédagogiques s’interrogent sur les risques générés par la poursuite des cours.

Tepuanui Snow préside la fédération des associations de parents d’élèves de l’enseignement public. Pour lui, « la problématique se pose sous différents angles. Il y a aujourd’hui un vent de panique qui souffle sur les réseaux sociaux, mais également de la part de tous les parents qui ont leurs enfants dans des écoles qui sont fermées aujourd’hui. Combien le sont, combien d’autres vont l’être demain? Puis on va les rouvrir, puis les refermer… On ne peut pas faire fi du droit à l’éducation et faire qu’une école va être fermée et une autre, ouverte ».

Quid des garderies … ou des enfants de plusieurs écoles se mélangent?

Les structures périscolaires peuvent aussi représenter un problème. « Il y a également la question des garderies: les enfants qui fréquentent ces garderies et qui sont dans diverses écoles. Aujourd’hui, plusieurs enfants de l’école Tama Nui, qui est fermée, et de l’école de To’ata, déjeunent tous les jours dans une des garderies des alentours. Il y également des enfants de l’école Paofai qui fréquentent cette même garderie. Quelles sont les mesures qui ont été prises »?

« Aucune solution n’est aujourd’hui raisonnable »

Pour Tepuanui Snow, il n’y a pas de solution miracle : il est nécessaire de composer :« Vouloir fermer les écoles, sans mettre, à côté de cela, le suivi pédagogique de ces enfants, n’est pas une solution raisonnable. De la même manière, laisser ouverts ces établissements où circule le virus, dans les conditions sanitaires actuelles, n’est pas non plus raisonnable. Il faut réussir à trouver un compromis. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui, face à l’absence de communication du ministère de la santé, nous avons décidé, avec les centrales syndicales des enseignants, de nous réunir, pour pouvoir faire des propositions au ministère. Nous ne pouvons pas laisser ce vent de panique se propager »!

Quelle stratégie des autorités aujourd’hui?

Tepuanui Snow, qui représente les parents d’élèves au CESEC, déplore « l’absence de communication du ministère (…) alors que nous avons interpellé la ministre de l’éducation en juillet sur ces questions, précisément, de l’organisation de la continuité pédagogique, dans le cas où on ferme les écoles. Nous nous retrouvons dans cette situation deux mois plus tard et aucune solution n’est proposée ».

Des pistes d’organisation à étudier…

« Il y a une organisation numérique mais aussi une organisation par groupes d’élèves qui peuvent être mises en place. On pense également à tous les parents qui travaillent : il va bien falloir que l’école prenne leurs enfants! On ne va pas dire « continuité pédagogique » et tout le monde reste à la maison… Qui s’occupe des enfants à la maison? L’équation est très complexe alors il faut réussir à tirer les leçons de la première vague et trouver la bonne formule ».

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.