Lutte LGBTQIA+ : vers une prise en charge à 100% de certains traitements par la CPS

Publié le

Installer une "Maison des fiertés" à Papeete, prise en charge de l'hormonothérapie pour transition de genre... un plan d’action interministériel pour l’égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBTQIA+, a été élaboré par le Pays pour 2024-2027 et présenté en Conseil des ministres.

Publié le 16/05/2024 à 17:04 - Mise à jour le 17/05/2024 à 14:26

Installer une "Maison des fiertés" à Papeete, prise en charge de l'hormonothérapie pour transition de genre... un plan d’action interministériel pour l’égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBTQIA+, a été élaboré par le Pays pour 2024-2027 et présenté en Conseil des ministres.

Le programme « Nō ‘Oe Nō Tātou » du gouvernement s’engage à « promouvoir l’égalité des sexes et la diversité sexuelle et de genre dans tous les domaines » et à « sensibiliser le public à ces questions en menant une campagne sur les violences faites aux femmes, aux enfants et aux personnes LGBTQIA+ ».

Dans ce contexte, le Conseil des ministres a examiné les axes d’une politique sectorielle interministérielle pour l’égalité des genres et la lutte contre les discriminations.

Cette politique est le fruit de la tenue, les 7 et 8 novembre 2023, d’une table ronde : « Our Voices, Our Rights and our Pacific Way » qui a permis de dresser, pour la première fois en Polynésie française, un état des lieux portant sur les problématiques LGBTQIA+.

Lire aussi > La Polynésie française accueillera la 4e Conférence des droits de l’homme du Pacifique en 2026

C’est à partir de cette base d’échanges qu’a été élaboré un plan d’action interministériel pour l’égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBTQIA+ qu’il est proposé de mettre en œuvre sur la période 2024-2027, et qui comporte 30 mesures à mettre en œuvre réparties autour de 6 axes :

  • Prendre en charge les trois protocoles médicaux et les mesures d’accompagnements ;

Le ministère de la Santé, en charge de la Prévention et de la Protection sociale généralisée (MSP) et la CPS s’engagent à ce que soient pris en charge à 100%, à l’instar d’autres pays dont la France :

  1. La prophylaxie pré-exposition (PrEP), qui est un traitement préventif contre le VIH. Cette mesure, dont l’efficacité pour la protection contre l’infection par le Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH) a été largement démontrée par des nombreuses études médicales, est actuellement une des pierres angulaires de la stratégie de lutte contre le VIH. Ces mesures de prévention concernent toutes les personnes, quelle que soit son orientation sexuelle, mais surtout celles qui sont les plus exposées au risque de l’infection au VIH ;
  2. La prescription du traitement post-exposition (TPE) en cas de viol ou de rapport non protégé avec une personne à haut risque de VIH ;
  3. L’hormonothérapie pour transition de genre.

En aucun cas, il n’est envisagé une quelconque prise en charge des coûts des interventions chirurgicales de changement de sexe.

  • Renforcer la formation initiale et continue aux enjeux d’inclusion, de lutte contre la haine anti-LGBTQIA+ et de respect de l’égalité des genres ;
  • Lutter contre le harcèlement à caractère « LGBTQIA+phobe » dans le secteur éducatif ;
  • Installer une « Maison des Fiertés » à Papeete et assurer un financement pérenne des associations promouvant l’égalité des genres et la lutte contre les discriminations ;
  • Responsabiliser et accompagner les 48 communes de la Polynésie française sous le pilotage des maires ;
  • Outiller l’espace public pour assurer l’égalité des genres et l’épanouissement de chacun.

Dernières news

Activer le son Couper le son