mardi 11 août 2020
A VOIR

|

Lutte contre le décrochage scolaire : Nicole Sanquer fait le point

Publié le

Publié le 22/08/2016 à 9:52 - Mise à jour le 22/08/2016 à 9:52
Lecture 2 minutes

Selon le communiqué, « Ce service s’occupe notamment des jeunes sans affectation de plus de 16 ans, essentiellement sortant de 3ème mais aussi en réorientation de 2nde Générale et Technologique, ou sortant de lycée. Le recensement de ces jeunes a été fait en sollicitant les établissements scolaires et en répertoriant les jeunes qui se sont présentés spontanément au CIO. En outre, un recueil des places vacantes a été organisé auprès des lycées publics afin qu’elles puissent être proposées à ces jeunes.

Cette année, les établissements privés sous contrat ont été sollicités pour indiquer leurs places vacantes sur la base du volontariat. Celles-ci seront communiquées aux familles qui seraient intéressées pour qu’elles se rendent dans les établissements. (…) Les élèves dont la demande n’aura pas été satisfaite se verront proposer: soit un redoublement de leur classe de 3ème quand leur âge ainsi que leur profil s’y prêtent. Soit ils seront invités à un accueil, le 8 septembre, assuré par les membres de la Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire (MLDS) qui proposeront plusieurs solutions de prise en charge.

Le Module d’accueil et d’accompagnement (MAA) existe pour des élèves de type collégien : il s’agira, tout au long de l’année scolaire, de leur proposer des activités pédagogiques qui leur permettent d’exprimer leurs compétences afin de restaurer l’estime de soi autour de projets pédagogiques dont la conception repose sur l’identité polynésienne. L’objectif consiste à les remettre en confiance afin qu’ils puissent renouer avec une dynamique d’apprentissage (…).

Simultanément, des activités leur seront proposées afin de définir un projet d’orientation. L’objectif ultime étant qu’en fin de parcours au sein de la MLDS, ces élèves puissent réintégrer une formation et obtenir un diplôme. Les classes de la seconde chance (CSC) seront proposées aux élèves qui ont eu une scolarité en lycée sans la mener à son terme afin de les aider à réintégrer un cursus lycéen mais en leur proposant un parcours composé en fonction de leurs besoins.

Le SIO se poursuivra par l’accueil de jeunes qui ont échoué à leur examen qui n’ont pu ou voulu faire un redoublement classique en lycée. Le Module de Repréparation à l’Examen par Alternance (MOREA) leur sera proposé. Là encore, leur parcours sera personnalisé afin qu’ils n’aient que les matières à représenter à l’examen pour le valider définitivement. Cette année, ces jeunes se verront proposer de bénéficier d’un contrat de service civique alterné dont la particularité, par rapport à un service civique classique, est de bénéficier d’heures de formation pour les préparer à un examen. Ils auront également la possibilité d’obtenir un CAE rénové en CJA ou en établissement scolaire du 2nd degré ».
 

Rédaction Web avec Communiqué

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV