samedi 4 avril 2020
A VOIR

|

L’ultime vol de Tahiti Hélicoptères

Publié le

Publié le 31/05/2017 à 16:00 - Mise à jour le 31/05/2017 à 16:00
Lecture 3 minutes

Les rotors tournent pour la dernière fois. Le pilote et son équipe spécialisée dans les travaux aériens s’envolent pour leur ultime chantier. Lever 30 grillages et les déposer à flanc de falaise. Apres cela, les trois hélicoptères de la société seront cloués au sol et probablement démontés

« C’est probablement l’un des derniers chantiers, peut-être même le dernier », déclare Laurent Coron, le pilote, dont la phrase résonne comme une sentence. « Je pense que les clients qui travaillent régulièrement avec nous, vont être un peu peinés de nous voir disparaître. » 

Depuis 7 ans , Tahiti Hélicoptères tirait près de 70% de ses revenus du tourisme et de la prise de vue aérienne. Et elle participait à des actions de service public:  lutte contre les incendies ou évacuations sanitaires : 200 l’an dernier. Et parfois l’hélicoptère œuvrait dans le cadre d’opération de dératisation et de cartographie. « On est quasiment indispensable sur l’île » reprend Laurent Coron, comme pour se persuader que l’activité va se poursuivre.

Mais, malgré une multitude de possibilités avec cet appareil, la rentabilité est difficile en Polynésie. Le climat, notamment, use la mécanique des appareils vieillissants. « Et les délais de livraison des pièces mécaniques sont long, les pièces relativement plus chères, tout cela fait que l’équilibre financier de l’entreprise n’a jamais pu être atteint, alors que paradoxalement,  nous n’avons jamais cessé d’augmenter notre volume d’heures de vols à l’année. Entre 10 et 15% par an. »

Du coté de Laurent Touvron, responsable des opérations, on ne cache pas sa tristesse de voir l’entreprise s’arrêter là.  « Même si on se préparait psychologiquement à cette cessation d’activité, cela fait toujours du mal de voir que tout le monde s’est investi et d’en arriver là ». Malgré tout, « On a toujours l’espoir de voir un repreneur se manifester avant le 10 juin. On espère, tout le monde est motivé et prêt à remettre le pied à l’étrier. »

Avec la fermeture de la société, c’est toute la polyvalence des hélicoptères qui va faire défaut. Au fenua , ces engins apportent de nombreuses solutions . « On sert également dans le cadre du service public. On fait de multiples évasan, on a fait de la reconnaissance aérienne lors des inondations, et, on coûte moins cher que le Dauphin de l’armée, dont les missions ne correspondent pas vraiment à ce type d’interventions. »

Autre activité, où l’hélicoptère est devenu quasiment indispensable, les grands travaux. « On effectue des missions de levage qui deviennent de plus en plus importantes. On a réussi à instaurer un climat de confiance avec des entreprises de travaux publics, comme JLP, avec qui l’on travaille souvent, comme pour la sécurisation des falaises. »

Ce que confirme Alexis Bruot, chef de chantier chez JLP. Pour lui, les prochains chantiers se feront à la force des bras. « On va revenir comme à l’ancien temps. Avec la fermeture de Tahiti Hélicoptères, on perd un bel outil de travail. C’est dommage. » D’autant que le coût de l’hélicoptère n’était pas si prohibitif. « Si le chantier est bien organisé, cela revient moins cher que la location d’une grue. »

D’autant que l’utilisation d’une grue, entraîne des contraintes. « Sur un chantier comme celui-ci, si on avait pas l’hélicoptère, il aurait fallu fermer les deux voies de circulation pour installer la grue en toute sécurité. Ce qui aurait été impossible sur le chantier qui nous occupe aujourd’hui. Avec l’hélico, cela va beaucoup plus vite. On a fait en une heure et demie, ce qui nous aurait pris une semaine avec une grue. »

les 19 employés croisent désormais les doigts et ne perdent pas l’espoir. Les repreneurs intéressés ont jusqu’au 10 juin pour se manifester. Le Pays espère aussi un maintien de cette activité et œuvre en coulisses pour trouver des investisseurs. Si la société avait demandé une subvention d’équilibre de 30 millions, le Pays n’a pu l’accorder car juridiquement, c’était difficile et délicat, étant donné que Tahiti Hélicoptères est une société privée. 

Espérons pour la Polynésie, et pour les employés de Tahiti Hélicoptères, que tel le phoenix, l’oiseau légendaire, la société renaîtra de ses cendres et que l’on verra prochainement l’oiseau bleu virevolter dans le ciel polynésien.
 

Rédaction Web avec Thomas Chabrol

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Les caboteurs, seul lien entre les îles

Avec 4 rotations par semaine aux îles Sous-le-Vent, ces navires sont essentiels à la vie des îles depuis le confinement, puisqu'ils réapprovisionnent les supermarchés, stations-services et les services de santé…

Les boulangers autorisés à se déplacer durant la période...

Les boulangers et leurs personnels sont autorisés à effectuer tout déplacement lié à leurs activités professionnelles durant la période de confinement. Ils sont ainsi habilités à rejoindre leurs lieux de travail et à procéder à la livraison de pain dans les commerces, y compris pendant les heures du couvre-feu.

Covid-19 : la dépollution du navire échoué à Marutea...

La dépollution du navire échoué le 5 novembre 2017 sur le récif de Marutea Nord dans les Tuamotu, a pris du retard. Mandatées par le pays, les équipes de Rovotik découvrent chaque jour de nouvelles réserves de carburant dissimulées dans tous les moindres recoins. Ce que l’armateur taïwanais s’était bien gardé de communiquer. Le confinement du pays en pleine crise sanitaire a cependant contraint l’entreprise de rapatrier ses troupes.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV