lundi 12 avril 2021
A VOIR

|

Liquidation judiciaire : quand le malheur des uns fait le bonheur des autres

Publié le

Il y a des liquidations judiciaires qui font des heureux. C’était le cas encore ce samedi à Fare Ute, où une vente aux enchères d’équipements électroniques a attiré un grand nombre de curieux et d’acheteurs. Des centaines de lots de grandes marques étaient proposés à la vente.

Publié le 20/03/2021 à 16:40 - Mise à jour le 20/03/2021 à 16:40
Lecture < 1 min.

Il y a des liquidations judiciaires qui font des heureux. C’était le cas encore ce samedi à Fare Ute, où une vente aux enchères d’équipements électroniques a attiré un grand nombre de curieux et d’acheteurs. Des centaines de lots de grandes marques étaient proposés à la vente.

Téléphones, tablettes, haut-parleurs, télévisions et home cinéma mais aussi consoles de jeux ou encore chaînes hifis. Il y avait de tout pour faire le bonheur des férus d’électronique ce samedi matin à Fare Ute. D’autant qu’il y avait le choix : 403 lots étaient mis à la vente. Les enchères ont même dû être scindées en deux parties pour limiter l’affluence.

« Je ne m’attendais pas à autant d’engouement pour ce matériel, mais c’est une très bonne surprise aujourd’hui » a confié Laura Chevallier, commissaire-priseur. « Dès qu’il s’agit d’électronique, il y a beaucoup de monde. C’est du matériel de marque donc évidemment que les personnes sont encore plus motivées pour acheter ce genre de matériel ».

A partir de 1000 Fcfp, les ventes s’enchaînent. Le public est venu en masse pour dénicher la bonne affaire. Des habitants des îles ont même fait le déplacement. Célia Teautu réside à Puka Puka. Elle effectue les enchères pour son frère qui lui donne les consignes par téléphone.  

« J’ai mon frère qui est aux Tuamotu qui est intéressé par des lots. J’ai acheté une tablette, un vini, un appareil photo avec une pochette à 36 000 Fcfp. Ce n’est pas cher » s’est réjouit Célia.

Nestor Ohu, originaire des Marquises, y a lui aussi trouver son compte. « On profite, comme il y a des choses qui ne sont pas chères. Des petites choses, pour les enfants. Quelques cartons de pile pour les pêcheurs. La note n’est pas trop salée ».

Une liquidation judiciaire est le pire des scénarios pour toute entreprise. Mais c’est aussi l’occasion pour elle de rembourser une partie de son passif et de faire, au passage, quelques heureux.

infos coronavirus