dimanche 18 avril 2021
A VOIR

|

L’internat du LEP de Mahina inauguré

Publié le

Le Président Edouard Fritch, et la ministre de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, Christelle Lehartel, ont officiellement inauguré, mercredi en fin d’après-midi, le nouvel internat du Lycée professionnel de Mahina.

Publié le 04/12/2019 à 11:59 - Mise à jour le 05/12/2019 à 9:40
Lecture 2 minutes

Le Président Edouard Fritch, et la ministre de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, Christelle Lehartel, ont officiellement inauguré, mercredi en fin d’après-midi, le nouvel internat du Lycée professionnel de Mahina.

L’internat initial, d’une capacité de 200 places, était arrivé à saturation. L’extension inaugurée permet d’offrir 45 places supplémentaires. À ce jour, l’internat accueille 228 élèves, venant de toute la Polynésie, dont 35% de filles.

Le coût total de l’investissement s’est élevé à 172 millions Fcfp, cofinancé, à parts égales, par le Pays et l’État. Il s’agit d’un investissement important, dédié à la réussite des lycéens. Ce nouvel internat, moderne, met l’accent sur les conditions d’accueil et va ainsi contribuer au bien-être des élèves durant leur scolarité.

L’internat, notamment pour les élèves des îles éloignées, est, tout à la fois, un lieu d’étude, d’éducation, de socialisation et de réussite scolaire, avec un cadre accueillant, moderne et rassurant pour les parents.

Le nouveau bâtiment, réalisé sur deux niveaux, est composé de plusieurs chambres pour internes et d’une chambre pour personne à mobilité réduite.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.