lundi 30 novembre 2020
A VOIR

|

L’instauration possible d’un couvre-feu inquiète les professionnels

Publié le

Chauffeur de taxi, de bus ou encore professionnels de la restauration et bien d’autres... Des activités qui seront impactées par la mise en place d’un couvre-feu s’il venait à être décrété. La menace est bien réelle et l’inquiétude monte alors que beaucoup d’entreprises sont déjà touchées par la crise. Comment réagissent-elles et quelles seraient les conséquences d’une telle mesure ?

Publié le 21/10/2020 à 10:05 - Mise à jour le 21/10/2020 à 10:05
Lecture 2 minutes

Chauffeur de taxi, de bus ou encore professionnels de la restauration et bien d’autres... Des activités qui seront impactées par la mise en place d’un couvre-feu s’il venait à être décrété. La menace est bien réelle et l’inquiétude monte alors que beaucoup d’entreprises sont déjà touchées par la crise. Comment réagissent-elles et quelles seraient les conséquences d’une telle mesure ?

« Déjà on est mal, on n’a pas beaucoup de clients, souffle Elisa. On essaie de travailler tard pour avoir un peu plus d’argent ! »

Ce message de colère est adressé aux instances du Pays et de l’État. Elisa est chauffeur de taxi depuis 42 ans. Elle réagit face à la menace du couvre-feu.

« Je commence à 4 heures du matin. J’ai des clients à aller chercher à l’hôtel pour amener à l’aéroport, et si on va fermer, qui va aller chercher nos clients ? Ce sont nos horaires, parce qu’on est obligé de travailler n’importe comment pour trouver de l’argent », précise-t-elle.

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

A Tahiti, 175 chauffeurs de taxi travaillent souvent tôt le matin ou tard le soir. L’annonce d’un couvre-feu pourrait mettre un coup de massue à leur activité déjà impactée depuis le mois de mars.

Du côté des chauffeurs de bus, la problématique se pose pour la Presqu’île. Le responsable du réseau espère obtenir une dérogation.

« Il faudrait qu’on soit muni d’une autorisation parce qu’on quitte à 3 heures du matin, pour le premier bus qui quitte Tautira ou Teahupoo, explique Clément Clark. Donc il faut peut-être nous faciliter ce côté-là, pour qu’on puisse circuler. Certes il faut respecter les consignes, mais qu’on nous facilite un peu sur ça. »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Si le couvre-feu devait être calqué sur la métropole, il serait instauré de 21 heures à 6 heures du matin. Il aurait donc aussi un impact sur le monde de la restauration. Une menace qui intervient alors que de nouvelles restrictions ont été annoncée la semaine dernière.

« Un restaurant, il lui faut à peu près 1 heure, voire 1 h 30 après le départ du dernier client pour pouvoir tout ranger, tout nettoyer pour être prêt le lendemain. Fermer à 21 heures, ça voudrait dire que les derniers clients devraient partir aux alentours de 19h30. Et si c’était le cas, les clients ne viendraient tout simplement pas », déclare Maxime Antoine-Michard, le président du syndicat des restaurateurs.

Des tables rondes devraient avoir lieu prochainement entre les syndicats de la restauration, de l’hôtellerie et le haut-commissariat pour réfléchir notamment à rendre les heures du couvre-feu plus flexibles. Mais les entreprises qui seront impactées par cette mesure risquent de ne pas se relever. Pour l’heure, aucun dispositif d’aide n’a été annoncé comme cela a été le cas en métropole.

infos coronavirus

Malgré la Covid, forte affluence au marché de Papeete le dimanche

Alors que les bars, discothèques et salles de sport sont fermés et les animations commerciales en plein air interdites, le marché de Papeete, lui, était encore bondé ce dimanche. La direction a renforcé son dispositif afin de lutter contre la propagation du coronavirus, mais il reste difficile de faire respecter la distanciation sociale en raison de l'affluence...

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :