mercredi 3 mars 2021
A VOIR

|

L’île de Bora Bora doit-elle s’orienter vers un tourisme de masse ?

Publié le

Avec l’arrivée de très gros paquebots en Polynésie, Bora Bora ne souhaite pas devenir une destination de tourisme de masse. Les élus et la majorité des acteurs touristiques de la perle du Pacifique veulent privilégier l’authenticité de la destination. Un choix qui pourrait bien s’étendre à l’ensemble de la Polynésie.

Publié le 23/01/2020 à 10:18 - Mise à jour le 23/01/2020 à 10:18
Lecture 2 minutes

Avec l’arrivée de très gros paquebots en Polynésie, Bora Bora ne souhaite pas devenir une destination de tourisme de masse. Les élus et la majorité des acteurs touristiques de la perle du Pacifique veulent privilégier l’authenticité de la destination. Un choix qui pourrait bien s’étendre à l’ensemble de la Polynésie.

Avec en moyenne 160 escales par an et l’apparition de très gros paquebots drainant parfois entre 3 000 à 5 000 passagers, l’île de Bora Bora dit non au tourisme de masse.

Pour les élus et la majorité des acteurs touristiques, il est préférable que Bora Bora demeure une destination de luxe avec des prestations de qualité. « On n’a pas dit non à la croisière. Il faut bien comprendre. Simplement on veut calibrer la taille des paquebots qui rentrent. Il est préférable pour nous d’avoir un paquebot de 1000 personnes maximum tous les jours que d’avoir des pics à 4000, 5000 personnes dans la journée et d’avoir 1000 mécontents dans la journée qui vont se plaindre sur les réseaux sociaux. L’idée aujourd’hui c’est d’accueillir des paquebots de qualité à taille raisonnable pour Bora Bora et de pouvoir continuer à véhiculer une image de qualité qui correspond à la destination de Bora Bora », explique Rainui Besineau, président du comité du tourisme de l’île.

Depuis quelques mois, le tavana de Bora Bora Gaston Tong Sang est en discussion avec le Pays pour évoquer la situation de la perle du pacifique. La ministre du tourisme souhaite engager une réflexion, sur l’ensemble de la Polynésie. « Je pense que c’est une discussion qui doit aller au-delà de Bora Bora effectivement, estime Nicole Bouteau, minitre du Tourisme. Il faut aussi que notre destination se pose la question de savoir est-ce que, à un moment, il n’y a pas une limite en terme de capacité des navires de croisière, à prendre au niveau de la Polynésie. Certaines compagnies sont dans le gigantisme. On est sur des navires qui vont parfois au-delà de 6000 passagers. Notre destination n’est pas faite pour ces grands navires. Maintenant la question qu’on doit se poser ensemble, c’est est-ce que c’est 2500, est-ce que c’est 3000 passagers… »

Cette réflexion d’ensemble sera menée, lors du prochain comité de pilotage sur la croisière, prévue, fin février.

infos coronavirus

Air Tahiti Rairoa Horue 2021VOIR LE DIRECT
+