jeudi 28 mai 2020
A VOIR

|

L’île de Bora Bora doit-elle s’orienter vers un tourisme de masse ?

Publié le

Avec l’arrivée de très gros paquebots en Polynésie, Bora Bora ne souhaite pas devenir une destination de tourisme de masse. Les élus et la majorité des acteurs touristiques de la perle du Pacifique veulent privilégier l’authenticité de la destination. Un choix qui pourrait bien s’étendre à l’ensemble de la Polynésie.

Publié le 23/01/2020 à 10:18 - Mise à jour le 23/01/2020 à 10:18
Lecture 2 minutes

Avec l’arrivée de très gros paquebots en Polynésie, Bora Bora ne souhaite pas devenir une destination de tourisme de masse. Les élus et la majorité des acteurs touristiques de la perle du Pacifique veulent privilégier l’authenticité de la destination. Un choix qui pourrait bien s’étendre à l’ensemble de la Polynésie.

Avec en moyenne 160 escales par an et l’apparition de très gros paquebots drainant parfois entre 3 000 à 5 000 passagers, l’île de Bora Bora dit non au tourisme de masse.

Pour les élus et la majorité des acteurs touristiques, il est préférable que Bora Bora demeure une destination de luxe avec des prestations de qualité. « On n’a pas dit non à la croisière. Il faut bien comprendre. Simplement on veut calibrer la taille des paquebots qui rentrent. Il est préférable pour nous d’avoir un paquebot de 1000 personnes maximum tous les jours que d’avoir des pics à 4000, 5000 personnes dans la journée et d’avoir 1000 mécontents dans la journée qui vont se plaindre sur les réseaux sociaux. L’idée aujourd’hui c’est d’accueillir des paquebots de qualité à taille raisonnable pour Bora Bora et de pouvoir continuer à véhiculer une image de qualité qui correspond à la destination de Bora Bora », explique Rainui Besineau, président du comité du tourisme de l’île.

Depuis quelques mois, le tavana de Bora Bora Gaston Tong Sang est en discussion avec le Pays pour évoquer la situation de la perle du pacifique. La ministre du tourisme souhaite engager une réflexion, sur l’ensemble de la Polynésie. « Je pense que c’est une discussion qui doit aller au-delà de Bora Bora effectivement, estime Nicole Bouteau, minitre du Tourisme. Il faut aussi que notre destination se pose la question de savoir est-ce que, à un moment, il n’y a pas une limite en terme de capacité des navires de croisière, à prendre au niveau de la Polynésie. Certaines compagnies sont dans le gigantisme. On est sur des navires qui vont parfois au-delà de 6000 passagers. Notre destination n’est pas faite pour ces grands navires. Maintenant la question qu’on doit se poser ensemble, c’est est-ce que c’est 2500, est-ce que c’est 3000 passagers… »

Cette réflexion d’ensemble sera menée, lors du prochain comité de pilotage sur la croisière, prévue, fin février.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Coronavirus : la poste suspendue à la reprise des...

Depuis l’arrêt des vols, l’activité du centre de traitement du courrier Fare Rata a fortement ralenti. Elle ne dépend désormais que de la réouverture des liaisons aériennes internationales. Pour faire face, le centre a dû se réorganiser.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV