samedi 15 août 2020
A VOIR

|

L’hommage de père Christophe à Pancho, le SDF qui a mis fin à ses jours à la DSP

Publié le

Publié le 01/03/2019 à 9:24 - Mise à jour le 01/03/2019 à 9:24
Lecture 2 minutes

C’est un beau message que le père Christophe a publié, vendredi sur la page Facebook de son association Te Vai-ete, pour rendre hommage à Pancho, dont seule la triste fin en cellule de dégrisement à la DSP, le 19 février dernier, est connue du public.
 
« Pour beaucoup tu n’auras été que ces quelques lignes de la presse : ‘Le SDF vivait dans la rue depuis de nombreuses années et s’alcoolisait quotidiennement. Il n’avait plus de relations avec famille et était pris en charge par une association gérant les SDF’. (…) Non, Pancho, tu n’étais pas un ‘SDF qui s’alcoolisait quotidiennement’… tu étais une personne ! », s’est insurgé père Christophe avant de poursuivre.

« Pour ceux qui te croisaient lors de nos maraudes, tu étais Pancho, jeune homme toujours respectueux et polis même si parfois tu étais dans un état second ! Sourire, humour sur ton visage, mais ton regard laissait transparaître cette souffrance, cette solitude devenue insupportable au point que ce mardi 19 février tu as voulu t’en défaire définitivement !
Pancho, ton cri sera-t-il entendu ? Suffira-t-il à sauver de l’individualisme et de l’égoïsme notre société ? »
, s’est-il interrogé.  

Selon père Christophe, l’homme devait avoir pour dernière demeure une tombe anonyme « dans un coin du cimetière de l’Uranie, mais parce que l’on ne pouvait se résoudre à oublier ton humanité sans renier la nôtre, à force de persévérance les tiens ont été retrouvés ».
 
Ses amis de la rue l’ont donc salué une dernière fois mercredi avant que son corps soit rapatrié sur son île pour qu’il repose auprès des siens, et notamment de sa mère.

« Pancho, le monde ne le sait pas, parce que trop préoccupé par lui-même, mais il s’est appauvri d’une belle âme… Notre cœur d’homme est révolté par cette déshumanité qui t’a conduit à nous quitter », a-t-il conclu.
 

Rédaction web

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Affaires de terre : le casse-tête des ayants-droit

S’attendant à la venue de centaines de personnes, le tribunal avait dépêché des agents d’accueil et renforcé les effectifs de sécurité. On...

« Fa’aiho » : le festival culturel reporté

Le festival "Fa’aiho" qui devait se dérouler dans les différents espaces de la Maison de la culture et dans les jardins de Paofai vient d'être reporté à une date ultérieure.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV