lundi 26 septembre 2022
A VOIR

|

L’exercice “Sauvages” du RIMaP-P au cœur de Moorea

Publié le

Les militaires du RIMaP-P (régiment d’infanterie de marine du Pacifique), déploient leurs unités à Moorea. Depuis dimanche, ils participent à un exercice annuel baptisé "Sauvages". Une simulation de conflit grandeur nature au cœur de l’île. Point d’orgue de cet entrainement, la prise du Belvédère, hier, face aux troupes ennemies.

Publié le 21/09/2022 à 15:53 - Mise à jour le 22/09/2022 à 9:38
Lecture 3 minutes

Les militaires du RIMaP-P (régiment d’infanterie de marine du Pacifique), déploient leurs unités à Moorea. Depuis dimanche, ils participent à un exercice annuel baptisé "Sauvages". Une simulation de conflit grandeur nature au cœur de l’île. Point d’orgue de cet entrainement, la prise du Belvédère, hier, face aux troupes ennemies.


L’exercice a commencé : les soldats sont aux aguets. C’est dans cette forêt tropicale l’ennemi n’est jamais loin. Sur un terrain escarpé, l’unité progresse discrètement pour reprendre possession des lieux. L’assaut est donné. “Le but, c’est de mettre en situation la gestion de la section, et la bonne utilisation de ses groupes. Lorsque le premier coup part, le premier groupe réagit très bien, il se met en ligne et va à l’assaut face à l’ennemi. Pendant ce temps, l’objectif est d’utiliser les autres groupes afin de contourner l’ennemi et de l’encercler afin de le réduire au maximum, en évitant bien-sûr d’avoir des pertes. (…) On est une section issue des troupes de montagnes, donc on sait qu’en prenant un col ou autre type de versant en montagne, que l’attaque va forcément arriver par le haut quand on est attendu quelque part” indique l’adjudant Franck, chef de section.

200 militaires participent à cet exercice grandeur nature. Baptisé “Sauvages”, il vise à coordonner les différentes unités du RIMaP-P : les militaires permanents, les militaires en mission de courte durée qui viennent de métropole, et les réservistes.

Lieutenant Kainoa, commandant d’unité de la 1ere compagnie “Sur la manœuvre générale, ma compagnie a reçu comme mission d’appuyer la saisie de l’objectif qui se trouve au Belvédère de Moorea. Pour remplir ces missions, le régiment a besoin d’entrainer ses hommes au combat, à la rusticité, à l’aguerrissement, en zone tropicale”. “J’ai appris à me repérer, à m’orienter, c’est très intéressant. Et cela fait une activité complémentaire par rapport à mon activité professionnelle car je suis hôtesse de l’air” confie Maire, réserviste.

Entre les distances à parcourir, les dénivelés dans les montagnes et la chaleur tropicale, l’entrainement imite au plus près les missions des soldats en opération. “On a décidé de s’entrainer aux missions les plus exigeantes parce c’est ce qui nous demande le maximum de coordination. Si on est prêts pour ces missions-là, on est capables de faire toutes les autres missions. Les missions catastrophes naturelles sont généralement moins exigeantes, mais ce type de scénario pourrait se retrouver s’il y avait une catastrophe naturelle et ensuite des secours qui mettraient du temps à arriver, et donc une certaine désorganisation, crise, qui s’installerait au sein de la population” explique le colonel Loïc Wierzbinski, chef de corps du RIMaP-P.

Au centre des opérations, les cellules logistiques, renseignements, ressources humaines et conduite des opérations suivent en temps réel les manœuvres sur le terrain. Selon les informations collectées, il faut pouvoir réagir rapidement : “Par exemple, soit renforcer une position ou anticiper éventuellement une attaque de l’ennemi en déployant nos éléments sur le terrain. Avant de partir sur le terrain, les unités ont déjà reçu leurs zones. Et nous, on regarde s’ils mettent bien en application ce qui leur a été transmis” précise le commandant Jerry, chef de la cellule conduite des opérations.

Au centre des opérations (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Après 3 jours d’immersion au cœur de l’ile, c’est par hélicoptère que les troupes ont été ravitaillées. 700 rations et 4 000 litres d’eau auront été distribuées tout au long de l’exercice.

infos coronavirus