dimanche 24 mai 2020
A VOIR

|

L’esprit de Noël est passé par Te Vai Ete

Publié le

Hier matin, des élèves avaient préparé aux personnes sans abri de la zone urbaine, un petit déjeuner copieux et des cadeaux. Une action de partage en cette période de fêtes.

Publié le 11/12/2019 à 17:45 - Mise à jour le 12/12/2019 à 17:29
Lecture 3 minutes

Hier matin, des élèves avaient préparé aux personnes sans abri de la zone urbaine, un petit déjeuner copieux et des cadeaux. Une action de partage en cette période de fêtes.

Des chants, des attentions, de l’échange… : c’est ce qu’ont partagé, ensemble, des élèves de CM2 de l’école de La Mission et une vingtaine de personnes sans domicile fixe, mardi matin.

(Crédit photo : école de La Mission)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« Pour Noël, avec les enfants, on avait réfléchi à ce qu’on pouvait faire de plus intéressant que de rester entre soi, que d’organiser une petite fête entre nous. Finalement, l’idée du partage est née. Cela nous amène aujourd’hui à être là, avec un petit-déjeuner partagé avec les SDF. Et surtout, dans la voiture il y a 60 cadeaux qui attendent. Un pour chacun, homme et femme. Tout ça, ce sont grâce aux dons des parents de toute l’école. Tout le monde a participé à ce que le projet soit une réussite. Noël, ce ne sont pas que les cadeaux, c’est aussi le partage » explique Catherine Charles, professeure des écoles en classe de CM2 à La Mission.

(Crédit photo : école de La Mission)

« On a préparé des choses à manger pour eux. Et on leur a préparé des cadeaux : du linge, des savons, des parfums, des shampoings, des brosses à dents… » nous dit l’un des élèves. « Il y a en qui préparent le petit-déjeuner, d’autres le repas de ce soir. Et on a vu leurs chiens, ils sont trop mignons. (…) Père Christophe nous a raconté comment vivaient les SDF etc. Avant, j’avais peur d’eux quand je les voyais dans la rue. Maintenant, ils ne me font plus peur » ajoute un autre petit garçon.

Père Christophe, vicaire de Papeete, gestionnaire de Te Vaiete (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Des cadeaux donc, mais surtout une visite qui a fait des heureux. « C’est une première pour nous. Cela nous fait chaud au cœur parce que ce sont des enfants, et qu’ils s’intéressent à des personnes comme nous. On a eu des enfants nous aussi, et on n’a pas eu la chance de pouvoir les garder, il a fallu les placer » confie Tamata Tepua, du centre de Te Vaiete. « Je remercie tous ces enfants d’être venus nous voir, et de partager du temps avec nous » dit encore Mora, autre usager de Te Vaiete.

« C’est l’esprit de Noël, l’esprit de fraternité, de partage et de mélange. (…) Ces rencontres permettent d’ôter les peurs, les craintes, les appréhensions, et de s’apercevoir que, finalement, ce sont des hommes et des femmes comme chacun de nous, que l’on rencontre. Cela permet également aux personnes que l’on accueille de ne pas se replier sur eux, de ne pas s’enfermer dans un ghetto » déclare Père Christophe.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV