mardi 27 septembre 2022
A VOIR

|

Communiqué

Les vols de Tahiti vers la Nouvelle-Zélande reprennent

Publié le

COMMUNIQUE - Le Conseil des ministres a approuvé le programme de vol des 7 compagnies aériennes desservant la Polynésie française pour la du 27 mars au 29 octobre 2022.

Publié le 23/03/2022 à 13:52 - Mise à jour le 25/03/2022 à 16:04
Lecture < 1 min.

COMMUNIQUE - Le Conseil des ministres a approuvé le programme de vol des 7 compagnies aériennes desservant la Polynésie française pour la du 27 mars au 29 octobre 2022.

Comparé à l’été 2021, l’offre en siège progresse de 89% et affiche un recul de 12% par rapport à 2019. Ceci s’explique notamment par :

  1. La suspension des vols vers l’Amérique du Sud, le Japon et Rarotonga
  2. La reprise tardive des vols vers la Nouvelle-Zélande
  3. Et l’augmentation de fréquence d’Air France et United.

L’offre totale de sièges (aller et retour) est estimée à 560 512 pour la nouvelle saison été 2022 contre 259 278 sièges en 2021 soit une augmentation de 301 234 sièges.

Lire aussi > Reprise des vols Tahiti – Auckland à partir du 4 juillet pour Air New Zealand, et du 4 mai pour Air Tahiti Nui

Ainsi pour 2022, 26 vols hebdomadaires seront offerts en provenance des Etats-Unis (LAX, SFO, HNL), 15 vols hebdomadaires en provenance de France-Europe (CDG, ORY) et 6 vols en provenance du Pacifique (AKL, NOU).

En 2019, la destination offrait 22 vols en provenance d’Amérique du Nord, 13 en provenance d’Europe et 10 à 12 vols pour le reste de la région (Asie, Pacifique, et Amérique du Sud).

RoutePoints intermédiairesCompagnie aérienneFréquencesAppareil
Papeete – Los Angeles Air Tahiti Nui4 à 5B787-9
Papeete – San Francisco United Airlines5B787-9
Papeete – Paris CDGLos AngelesAir Tahiti Nui6 à 7B787-9
Papeete – Paris CDGLos AngelesAir France3 à 5B777-200
Papeete – Paris ORYSan FranciscoFrench Bee3A350-200
Papeete – HonoluluHawaiian Airlines1A330-200
Papeete – Nouméa Aircalin1A330-200
Papeete – Auckland Air Tahiti Nui2 à 3B787-9
Papeete – Auckland Air New Zealand2B787-9

infos coronavirus