samedi 15 août 2020
A VOIR

|

Les syndicalistes annoncent un durcissement du mouvement

Publié le

Publié le 05/03/2018 à 12:55 - Mise à jour le 05/03/2018 à 12:55
Lecture 2 minutes

L’intersyndicale attendait 10 000 participants, elle en a dénombré 6 000 et les forces de l’ordre 2 500. Mais, selon les syndicats, d’autres grévistes sont restés sur les piquets de grève dans les communes et dans les entreprises. Les représentants syndicaux se disent fiers de voir que « le monde du travail se mobilise » pour cette cause.

Des grévistes qui estiment ne pas être entendus, et qu’on leur ment. Pour Vatea Heller, de la Confédération des syndicats des agents communaux, « on met en place des mesures pour alléger les patrons, pour créer de l’emploi. L’emploi ne vient pas, donc la CPS est en difficulté « . Ils demandent donc que la réforme de la PSG soient suspendue. Les syndicats veulent participer aux discussions autour de cette réforme et décider avec le gouvernement de la forme qu’elle devra prendre.

Vatea HELLER, vice-président de la Confédération des syndicats des agents communaux

Ils annoncent un durcissement du mouvement sur des sites stratégiques comme les aéroports, le port de Papeete, les communes… Et pour faire pression sur le gouvernement, ils menacent de paralyser Papeete ce jeudi, en plaçant des piquets de grève aux entrées de la capitale. Papeete sera une ville morte, a précisé le secrétaire général de la CSTP-FO, Angelo Frebault : « il n’y a plus d’activité, il n’y a plus de circulation, il n’y a plus rien« . Jeudi n’est pas choisi par hasard : la loi sera présentée à l’Assemblée ce jour-là.

Ces blocages inquiètent le gouvernement « c’est 4 ans de la reconquête de la confiance qui sont foutus en l’air, je suis très inquiet effectivement des conséquences qu’il peut y avoir derrière  » nous a confié Edouard Fritch, en pleine visite à Faratea, à Taravao. Le président dit ne pas vouloir la mort du travailleur : « ce n’est pas mon intérêt car c’est eux qui contribuent à la bonne marche de l’économie »
 

Edouard Fritch, Président de la Polynésie française

L’intersyndicale doit rencontrer le Haut-commissaire, René Bidal cet après-midi à 16h30.
 

Rédaction web avec T. Chabrol, J. Tinorua et B. Tevero

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Un Plan de relance pour sauver les fermes perlicoles

Compte tenu de la situation sanitaire actuelle, le Conseil de la perliculture a été reporté à une date ultérieure. Dans ce cadre, le Vice-président de la Polynésie française, ministre en charge de l’Économie bleue, Teva Rohfritsch, a rencontré, jeudi matin, à huis clos, les présidents des comités de gestion décentralisés.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV