mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

Les salariés en grève à La Dépêche de Tahiti

Publié le

Publié le 22/11/2017 à 11:16 - Mise à jour le 22/11/2017 à 11:16
Lecture 2 minutes

Ils sont en grève depuis mercredi soir. Environ la moitié de la rédaction de La Dépêche de Tahiti mais aussi la totalité des salariés de l’imprimerie ont cessé de travailler. Pas de journal ce jeudi et peut-être pas non plus vendredi. Un barrage filtrant a également été installé à l’entrée du bâtiment. Les patentés et les fournisseurs ne sont pas autorisés à passer. 

La Dépêche de Tahiti ne sera bientôt plus imprimée en interne. C’est Pacific Press (Tahiti infos, Tahiti Pacific, Fenua TV), société appartenant à Albert Moux, qui imprimera le quotidien. Les employés de la rotative de La Dépêche de Tahiti s’inquiètent donc de leur avenir.

« La direction n’a pas pu nous donner de réponse concrète (…) Je parle de la rotative mais aussi des collègues du pôle magazine. Ils ont émis des propositions, mais il n’y a rien de concret », regrette Stanley Sandford, délégué du personnel CSIP.

« Il  -Dominique Auroy, Ndlr- annonce un plan social c’est-à-dire entre 20 et 30 emplois menacés. Il parle de reclassement mais quelle preuve il y a ? Il propose aux gens des postes dans d’autres sociétés de son groupe sans que le fonctionnement du nouveau système éditorial soit en place », souffle de son côté, Benoît Buquet, journaliste. 


« Le projet annoncé par Dominique Auroy d’imprimer chez le concurrent nous inquiète. Est-ce que c’est un premier pas vers une fusion plus large ? Quelle conséquence ça aura pour la restructuration du journal ? On nous a annoncés un plan à la rédaction avec un nouveau logiciel. On a du mal à y croire et on est très inquiets. »

Du côté de la direction, Bertrand Prévost, directeur des rédactions (Tiki mag, La Dépêche de Tahiti, Fenua Orama, Maison du Fenua) attend les représentants syndicaux pour discuter. « Je comprends les inquiétudes, les questionnements. On essaie d’y répondre du mieux possible. Dans le cadre de la modernisation de La Dépêche, on est obligés de changer de logiciel de montage, on est obligés d’externaliser comme beaucoup de magazines télé le fond, d’externaliser le montage des pages télé… Mais tout ça se fait sans licenciement. Depuis quelques temps la Dépêche a perdu plusieurs journalistes qui n’ont pas été remplacés, plusieurs secrétaires de rédaction qui n’ont pas été remplacés. Nous n’avons qu’une seule personne pour alimenter notre site web, l’autre personne n’ayant pas été remplacée. Ce sont autant de postes que nous avons laissés vacants pour que les personnes qui seront impactées par les modifications à La Dépêche, puissent retrouver du travail à la Dépêche. » 

En ce qui concerne le changement d’imprimerie, le directeur des rédactions estime qu’il n’a pas son « mot à dire sur les choix de l’actionnaire ». « Ce que je sais de la maison mère, c’est que ce changement va nous faire gagner environ 100 millions de Fcfp sur l’année prochaine et les années à venir. Ce n’est pas négligeable. Pour une entreprise qui a quelques difficultés financières, c’est un bel apport. »

Pour lui le but est qu’il n’y ait « aucun licenciement ». « La discussion se fait à l’imprimerie sur le reclassement des personnels. L’actionnaire principal est en train de voir avec les syndicats et personnes concernées, où elles pourront aller. » 
 

Rédaction web 

Stanley Sandford, délégué du personnel CSIP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : fermeture du 444 789 à partir du...

Le numéro mis en place par le gouvernement depuis le 13 mars pour répondre aux questions de la population sur le Covid-19, sera fermé à compter du dimanche 31 mai, ne recevant quasiment plus d'appels.

Leadership, coaching pour entreprises : bientôt une académie en...

Pour s'adapter au monde d'après confinement et éviter les conférences et rassemblements, Pacific Ventury veut créer une...Publiée par TNTV Tahiti Nui Télévision...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV