Les refus d’obtempérer routiers moins nombreux au fenua que dans l’Hexagone

Publié le

Le ministère de l’Intérieur a publié, ce jeudi, le bilan des refus d’obtempérer routiers enregistrés entre les années 2016 et 2023. En Polynésie, ils ont tendance à diminuer et atteignent, en moyenne, 0,2 refus pour 1000 habitants. Un chiffre légèrement plus bas que dans l’Hexagone.

Publié le 11/04/2024 à 14:09 - Mise à jour le 11/04/2024 à 14:09

Le ministère de l’Intérieur a publié, ce jeudi, le bilan des refus d’obtempérer routiers enregistrés entre les années 2016 et 2023. En Polynésie, ils ont tendance à diminuer et atteignent, en moyenne, 0,2 refus pour 1000 habitants. Un chiffre légèrement plus bas que dans l’Hexagone.

Au fenua, les forces de l’ordre ont constaté 37 refus d’obtempérer dans le courant de l’année 2023 contre 67 en 2016, selon les données du ministère de l’Intérieur. Au niveau de l’ensemble des collectivités d’Outre-mer, la Polynésie représente 25% de ces refus. Elle se situe derrière la Nouvelle-Calédonie (40%), mais devant Saint-Martin (23%).

En moyenne, au fenua, 0,2 refus sont constatés pour 1000 habitants, contre 0,3 en Nouvelle-Calédonie et 0,9 à Wallis-et-Futuna. Dans l’Hexagone, le chiffre est de 0,3 refus.

À l’échelle nationale, le ministère de l’Intérieur constate que ces refus de répondre aux injonctions des forces de l’ordre « ont légèrement diminué » entre 2016 et 2023. Mais un sur cinq constitue « un délit aggravé » qui, dans « neuf fois sur dix, met en danger d’autres usagers de la route ».

Les trois départements les plus concernés sont la Martinique (7,4 refus pour 10 000 habitants), la Guadeloupe (7,2) et la Seine-Saint-Denis (6,4). Les conducteurs concernés sont, en outre, « à 97% des hommes ».

Dernières news