mardi 26 mai 2020
A VOIR

|

Les Raromatai ne craignent pas la pénurie de légumes

Publié le

La distribution de légumes se maintient aux îles Sous-le-Vent. Malgré le confinement, les agriculteurs poursuivent leur activité. Si la production est toujours la même, les producteurs remarquent toutefois une baisse de l’écoulement des stocks. Zoom sur l’exploitation de Jean-Pierre Yuan, l’un des plus gros producteurs de légumes et d’œufs des Raromatai

Publié le 04/04/2020 à 11:24 - Mise à jour le 04/04/2020 à 11:25
Lecture 2 minutes

La distribution de légumes se maintient aux îles Sous-le-Vent. Malgré le confinement, les agriculteurs poursuivent leur activité. Si la production est toujours la même, les producteurs remarquent toutefois une baisse de l’écoulement des stocks. Zoom sur l’exploitation de Jean-Pierre Yuan, l’un des plus gros producteurs de légumes et d’œufs des Raromatai

Chaque année, ce sont des centaines de tonnes de légumes qui sortent de l’exploitation agricole de Jean-Pierre Yuan. Salades, tomates, concombres… Des légumes qui se retrouvent sur les étals et dans les cuisines. Comme dans tout le secteur primaire, ce producteur ressent aujourd’hui les conséquences du confinement : « Je produis toujours autant mais par contre, les ventes ont baissé. C’est dû au confinement, à la restriction des déplacements, la fermetures des restaurants, des roulottes. En perte, niveau chiffre, c’est plus de la moitié. »

L’acheminement vers les îles avoisinantes est maintenu, mais là encore, les commandes sont moins importantes que d’habitude : « les livraisons dans les îles continuent toujours, avec des quantités réduites partout aux îles Sous-le-Vent à Bora Bora, Tahaa. Et comme les supermarchés n’osent pas faire du stock parce que c’est du périssable, il y a moins de passage… On les comprend. »

Ce sont plus de 8000 œufs qui sont pondus dans cette ferme. Malgré le confinement, la demande reste importante à Raiatea, comme dans le reste des îles Sous-le-Vent. « Par jour, on récolte au moins 800 douzaines. Ça n’a pas vraiment impacté les oeufs Comme les oeufs c’est une denrée qui passe partout, facile à consommer, facile à cuisiner. Donc on fait des livraisons journalières après chaque récolte. »

Aujourd’hui, l’activité de cette exploitation n’a pas changer depuis le confinement. Les employés effectuent leurs heures habituelles. Mais si la restriction venait à s’étendre, Jean-Pierre devra y remédier : « Même effectif, même temps de travail mais peut-être que dans les jours à venir, il faudra que je remanie le programme, voire les effectifs. C’est suivant la production et la demande. »

Pour écouler ses légumes, un système de Market-drive où seront proposés des paniers composés moyennant un tarif forfaitaire serait envisageable pour Jean Pierre Yuan, une solution pour éviter les longues files d’attente.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Air Tahiti : un protocole sanitaire strict dès l’enregistrement

Air Tahiti se prépare à rouvrir vendredi des vols commerciaux avec un planning restreint. La compagnie domestique assure actuellement des vols sanitaires hebdomadaires. Il s’agit de la prise en charge de personnes qui nécessitent un accompagnement, mais aussi des résidents qui n’avaient pas encore pu rejoindre leur île. Un protocole sanitaire strict est d’ores et déjà établ

Air Tahiti demande à être indemnisée pour les lignes...

La compagnie aérienne a une nouvelle fois saisi la justice. Elle demande à être indemnisée pour compenser le coût des dessertes minimales pour les lignes déficitaires dites de désenclavement.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV