samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Les professionnels du tourisme se débattent pour attirer la clientèle

Publié le

Publié le 26/08/2014 à 5:00 - Mise à jour le 26/08/2014 à 5:00
Lecture < 1 min.

La fréquentation touristique a encore reculé au premier semestre 2014 avec une baisse de 11,2 %. Une diminution qui se fait sentir tant dans les grands hôtels que dans les pensions. A Moorea, les professionnels relativisent et persévèrent, malgré les difficultés. Il est de plus en plus ardu de concurrencer Bora-Bora.
Le blason de l’île sœur de Tahiti doit être redoré, mais la tâche s’annonce difficile, comme le confirme le directeur général de l’Intercontinental Moorea Thierry Brovelli.
Dans les grands hôtels, la majorité de la clientèle est américaine. En haute saison, l’hôtel enregistre un taux de remplissage de près de 80 %.
Les pensions de famille ont plus de mal, elles affichent un taux de remplissage inférieur à 50 %.
Selon Billy Ruta Junior, avec l’instabilité politique, la situation s’est dégradée. Pour attirer la clientèle, il a choisi d’aménager sa pension en y ajoutant une piscine.
Les transports touristiques par contre ne connaissent pas vraiment la crise. Le nombre de réservations augmente.
La mairie, pour sa part, espère présenter ses projets au ministre du Tourisme très prochainement. Il espère vite réussir à redonner un coup de fouet à un secteur qui fait vivre une grande partie des familles de Moorea.
 

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.