vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Les principales mesures de la loi de moralisation de la vie publique

Publié le

Publié le 31/05/2017 à 5:30 - Mise à jour le 31/05/2017 à 5:30
Lecture 3 minutes

Concernant les pratiques des élus:

– Interdiction de recruter un membre de sa famille (ascendant, descendant et conjoint) pour les membres du gouvernement, parlementaires et membres des exécutifs locaux. Une centaine de députés, soit plus d’un sur six, emploie un membre de leur famille.

– Suppression de la réserve parlementaire dont disposent les députés pour attribuer des subventions, afin d’éviter « les dérives clientélistes ». Elle sera remplacée par un « fonds d’action pour les territoires et les projets d’intérêt général ».

– Un système de remboursement en frais réels, sur présentation de factures, sera mis en place pour les parlementaires. Les assemblées contrôleront ces dépenses, sous la forme qu’elles auront décidée. Jusqu’à présent les parlementaires perçoivent une indemnité représentative de frais de mandat (IRFM), d’un montant de 5.840 euros bruts mensuels pour les députés, qui ne fait l’objet d’aucun contrôle. 

– Une peine d’inéligibilité de dix ans maximum sera créée pour toute personne condamnée dans une affaire d’atteinte à la probité (fraude fiscale, favoritisme, corruption, détournement de fonds publics). 

– Encadrement des activités de conseil des parlementaires. Les députés et sénateurs ne pourront se lancer dans ce genre d’activités en cours de mandat, ou au moins un an avant leur élection. Toutes les activités de conseil, y compris celle d’avocats, seront concernées. Et il sera interdit de conseiller des sociétés impliquées dans des marchés publics.

– Vérification du patrimoine du président de la République à la fin de son mandat.

Sur les réformes constitutionnelles:

– Interdiction du cumul dans le temps: les députés, sénateurs et élus d’exécutifs locaux ne pourront exercer plus de trois mandats identiques et successifs, sauf pour les petites communes. Cette mesure vient compléter la limitation du cumul des mandats qui interdit déjà notamment à un parlementaire d’exercer une fonction exécutive locale comme maire ou président du Conseil régional.

– Interdiction pour les ministres d’exercer une fonction élective locale. 

– Suppression de la Cour de justice de la République (CJR), qui juge les crimes et délits reprochés aux membres du gouvernement dans l’exercice de leur fonction. Cette « juridiction d’exception » très critiquée, composée en majorité de parlementaires, cèdera la place à une formation de magistrats de la cour d’appel de Paris. Des représentants des hautes juridictions (Cour de cassation, Conseil d’État et Cour des comptes) seront toutefois chargés de « filtrer » les plaintes éventuelles pour éviter les abus.

– Suppression du droit pour les anciens présidents de la République de siéger au Conseil constitutionnel.

Sur le financement des partis politiques:

– Obligation dans les partis de séparer les fonctions d' »ordonnateur » et de « payeur » des dépenses engagées.

– Certification par la Cour des comptes des comptes des partis et groupements politiques si ceux-ci ont bénéficié d’un financement public et ont des ressources importantes.

– Interdiction de prêts par des personnes morales autres que des banques européennes ou des partis politiques; et interdiction de tout prêt ou aide d’une personne morale étrangère. 

– Contrôle renforcé des prêts consentis par des personnes physiques.

– Renforcement de la Commission nationale de contrôle des comptes de campagne et du financement politique, qui sera informée de tous les financements des partis, notamment des dons (origine et montant)

– Création d’une « banque de la démocratie », adossée à la Caisse des dépôts, qui aura pour mission de financer la vie politique par des mécanismes de financement mutualisé (prêts, assurances et cautions partagées), permettant de s’affranchir des financements des banques privées.

AFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Relance : À l’Assemblée, Moetai Brotherson demande un « plan...

https://www.facebook.com/Moetai2017/videos/1126834587685465 "Ma question s'adresse à monsieur le ministre des Outre-mer : "rien ne sera plus jamais comme avant"....

100 personnes sur le dernier vol de continuité territoriale

500 personnes souhaitant rentrer en Polynésie française ont été contactées pour ce dernier vol. Au final, 100 personnes ont répondu favorablement et sont arrivées hier soir à Tahiti par le neuvième et dernier vol de continuité territoriale affrété par l’État et opéré par la compagnie Air Tahiti Nui, en provenance de Paris CDG, via Vancouver.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV