vendredi 23 août 2019
A VOIR

|

Les Polynésiens, globalement satisfaits de l’eau potable

Publié le

Publié le 03/05/2019 à 9:01 - Mise à jour le 03/05/2019 à 9:01
Lecture 2 minutes

Aujourd’hui, plus de la moitié des communes de Tahiti et Moorea ne délivrent toujours pas d’eau potable à leur population. Et c’est un véritable problème surtout lorsqu’on le sait que suite à l’adoption par le Sénat puis l’Assemblée Nationale du report du délai du Code général des collectivités territoriales (CGCT) , les maires et les communes de la Polynésie française ont jusqu’au 31 décembre 2024 pour mettre en place un service de distribution d’eau potable. Le Centre d’Hygiène et de Salubrité Publique (CHSP) estime que les investissements financiers doivent se poursuivre.

> Lire aussi : L’eau chocolat, bientôt un mauvais souvenir à Taravao ?

Du côté de Punaauia, Titioro, Papara, Papearii, Arue, Papeete ou encore Uturoa, vous avez été nombreux à nous dire que l’eau était “propre” et potable, et n’avoir aucun souci avec. En revanche du côté de Faa’a : “pour boire, ce n’est pas possible, tu sens cette odeur de chlore” nous dit une internaute. Et du côté de Taravao : “quand il pleut, l’eau est sale” nous dit une habitante de la commune. “Mais franchement, on n’a pas à se plaindre de l’eau qu’on a ici, car en Afrique, ils boivent de la boue. Même si c’est vrai que ici, certains disent que l’eau est couleur chocolat à Taravao” tempère une autre personne interrogée.

Dans son rapport sur l’année 2018, le CHSP a contrôlé 17 fontaines publiques et réseaux publics sur 109 points répartis dans les communes des îles de la Société, aux Australes avec Tupuai, Rurutu, Rimatara, et les Marquises avec Nuku Hiva.

>> Lire aussi : La carte des eaux potables à Tahiti et dans les îles

Entre 2017 et 2018, le nombre de communes desservant de l’eau potable est passé de 10 à 11 : Taha’a en nouvel arrivant. De surcroît, la majorité des communes réalise des travaux afin de fournir ou de continuer à fournir de l’eau potable à leurs administrés.

Cependant, les communes Tubuai, Paea et Rimatara voient la qualité de leur eau diminuer en 2018 de 93% à 50%. Ensuite, il est également constaté dans le rapport un nombre croissant de forages présentant un dépassement de salinité sur les eaux délivrées par certains réseaux des communes de Huahine, Tumara’a, Taputapuatea, Rimatara et Maupiti.

>>> Lire aussi : Amélioration sensible de la qualité des eaux de consommation en Polynésie
 
Si la qualité de l’eau est en baisse, cela s’explique notamment par une surexploitation de la nappe et un suivi insuffisant de l’utilisation des ressources.
 

Télécharger le rapport du CHSP :

Rédaction web avec Hitiura Mervin

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Économie : l’embellie se confirme en Polynésie

Au volet économie, la reprise de l’activité se confirme ! L’IEOM, l’AFD et l’ISPF ont présenté mercredi les comptes économiques rapides 2018 de la Polynésie. Ils révèlent un Produit intérieur brut en progression de 2,5 %. Les principaux moteurs de cette croissance sont la consommation des ménages, les exportations et les investissements. Les détails dans ce dossier :

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".