lundi 19 août 2019
A VOIR

|

Les Polynésiens consomment plus de calories que recommandé (étude)

Publié le

Publié le 03/04/2019 à 15:30 - Mise à jour le 03/04/2019 à 15:30
Lecture 3 minutes

Que mange-t-on en Polynésie française ? Comment se répartissent les aliments consommés ? Et quels en sont les risques pour la population ? Pour tenter de répondre à ces questions, l’Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF) a mené une étude sur les comportements alimentaires. Et pour analyser ce que mangent les Polynésiens, l’ISPF a converti les dépenses recensées dans l’enquête budget des familles en kilocalories.
 
Cette étude apporte de nombreux éclairages sur nos habitudes alimentaires et elles ne sont pas exemplaires. Nous mangeons en moyenne 1,1kg de nourriture par jour, pour 2 500 kilocalories. C’est 300 de plus que les recommandations.
 
Quand on analyse le contenu de nos assiettes, on s’aperçoit que la plupart de ces calories proviennent des féculents, en particulier le riz blanc et la baguette. Malgré le caractère insulaire de notre pays, le poisson est loin de rencontrer le même succès que la viande, et notamment les cuisses de poulet surgelées, qui représente 15% des protéines que nous consommons.
 

 

Dans l’ensemble, la répartition des apports énergétiques entre glucides, lipides et protéines respecte les dernières recommandations nutritionnelles. Cependant, la consommation de sel est trop élevée, le double de ce qu’il faudrait. Le sucre, lui aussi, est surconsommé. Autant d’habitudes qui génèrent des maladies bien connues en Polynésie, comme le diabète, l’hypertension, l’AVC ou le cancer.
 
Quand on regarde dans le détail, 4 Polynésiens sur 10 ont une consommation trop riche en graisses, notamment en huile de tournesol et d’arachide. En cause, une trop forte consommation de fritures et d’assaisonnements.
 
1 Polynésien sur 4 tire la majeure partie de ses calories du sucre, et notamment des gâteaux, des sodas mais aussi des fruits tels que la mangue et la banane. 1 Polynésien sur 4 privilégie l’amidon pour ses apports caloriques : le riz, le pain ou encore les haricots. Il s’agit essentiellement de personnes qui ont des faibles revenus.
 
Enfin, pour 10 % de la population, ce sont les protéines qui prédominent : les poissons et la viande. Il s’agit surtout de pêcheurs et d’agriculteurs résidant dans les îles.
 
 

Cette étude permet également de voir que les habitudes alimentaires ne sont pas les mêmes en fonction du lieu où l’on habite. C’est aux Marquises que l’on consomme le plus de calories, 3 400 par jour en moyenne, contre 2 400 pour les îles de la Société.
 
Autant d’enseignements que pourra tirer le gouvernement pour déterminer sur quels produits il devra faire de la prévention ou jouer sur la taxation. Notons tout de même que si cette étude fournit de précieuses informations sur les aliments ingérés, elle ne prend pas en compte la corpulence ni l’exercice physique des personnes interrogées.
 

Rédaction web avec Tamara Sentis
 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.