jeudi 9 juillet 2020
A VOIR

|

Les pêcheurs professionnels ne supportent plus la concurrence déloyale des plaisanciers

Publié le

Les pêcheurs professionnels sont excédés par la concurrence déloyale des pêcheurs amateurs. Sur le bord des routes ou sur les réseaux sociaux, il est de plus en plus courant de trouver du poisson du large vendu à des prix dérisoires. Une véritable plaie pour les professionnels de la pêche qui perdent leur source de revenu.

Publié le 24/05/2020 à 17:59 - Mise à jour le 25/05/2020 à 9:57
Lecture 2 minutes

Les pêcheurs professionnels sont excédés par la concurrence déloyale des pêcheurs amateurs. Sur le bord des routes ou sur les réseaux sociaux, il est de plus en plus courant de trouver du poisson du large vendu à des prix dérisoires. Une véritable plaie pour les professionnels de la pêche qui perdent leur source de revenu.

Le Nui Mano 3 vient de revenir avec un haura qui sera débité en filets, prêts à être vendus dans des commerces. Mais pour que ce poisson trouve preneur, il faudra baisser les prix car il est de plus en plus courant de voir du poisson vendu à prix cassé en bord de route ou sur les réseaux sociaux. Du poisson généralement pêché par des plaisanciers.

« Ils peuvent vendre à n’importe quel prix et même casser les prix parce que pour eux, c’est juste un plaisir. Mais pour nous ce n’est pas un plaisir, c’est notre moyen de subsistance et on n’a que ça comme revenu pour la famille, explique Ralph, pêcheur professionnel depuis 34 ans. Et quand on baisse les prix comme ça… Des fois le marché est surchargé, surtout en ce moment avec le covid-19 il n’y a plus d’export, donc tous les gros poissons que nous attrapons on est obligé de les vendre au bord de la route. On les vend presque à moitié prix. »

Le manque à gagner est considérable. Excédés, certains n’hésitent pas à s’en prendre physiquement aux plaisanciers qui viennent parfois sur les dispositifs de concentration de poissons.

Pour le syndicat des pêcheurs professionnels, s’en est trop. Pour éviter que la situation dégénère, il faudrait dans un premier temps que tout le monde se conforme à la loi.

« Les commerçants qui achètent le poisson, c’est eux qu’on peut condamner parce que logiquement, ils doivent demander le numéro Tahiti de la personne qui vend le poisson, lance Jaroslav Otcenasek, le président du syndicat des pêcheurs professionnels. S’il a le numéro Tahiti et la licence de pêche avec, il peut le faire. Or s’ils viennent vendre le poisson sans la licence de pêche et sans le numéro Tahiti, c’est de l’escroquerie, donc ils sont punis.« 

Mais cela ne s’est jamais vu. La solution serait de faire évoluer la réglementation et les moyens de répression, car faire changer les mentalités des contrevenants n’est déjà plus possible.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Witney, maquilleur et entrepreneur autodidacte

C’est une success-story que le confinement avait un peu occultée… Celle de Witney, maquilleur professionnel polynésien, qui a développé sa propre marque de rouges à lèvres.

Covid-19 : Philippe, Véran et Buzyn bientôt visés par...

Des investigations vont être menées sur la gestion de la crise du Covid-19 par les ex-ministres Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn, avec l'ouverture d'une information judiciaire à la Cour de justice de la République (CJR).

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV