lundi 13 juillet 2020
A VOIR

|

Les papio de Outumaoro de retour du 12 juin au 16 août

Publié le

Manèges, baraque à jeux… plus d’une soixantaine d’attractions sont de retour à Outumaoro. De quoi se détendre en cette période de crise . Et également une bonne nouvelle pour les forains qui ont dû, cette année, conjuguer avec la mise en place des gestes barrières.

Publié le 27/05/2020 à 17:28 - Mise à jour le 11/06/2020 à 15:50
Lecture 2 minutes

Manèges, baraque à jeux… plus d’une soixantaine d’attractions sont de retour à Outumaoro. De quoi se détendre en cette période de crise . Et également une bonne nouvelle pour les forains qui ont dû, cette année, conjuguer avec la mise en place des gestes barrières.

Bientôt, sur le site de Outumaoro, des manèges et des baraques à jeu vont reprendre vie. S’il n’y aura pas de nouveaux manèges, on retrouvera les éternels carrousels, auto-tamponneuses, grande roue… Et si les forains ont été autorisés à reprendre leur activité in-extremis, ils devront respecter les mesures barrières préconisées par le Pays.

« Ce qu’ils nous ont recommandés, c’est qu’il fallait qu’on désinfecte les manèges une à deux fois par jour, et le port du masque sera recommandé, indique James Frogier, le président de l’association des forains de Polynésie. Ensuite on essaie de voir comment s’organiser pour tout ce qui est gel hydroalcoolique pour le lavage des mains de chacun. »

Difficile en revanche d’observer un mètre de distance pour certains manèges. Mais les forains veulent faire revenir les familles. Il faudra donc faire au mieux pour que la magie du tiurai soit présente.

« Notre nécessité à nous, c’est de faire en sorte que les gens, non pas oublient le coronavirus, mais puissent se détendre tout en leur rappelant qu’il est nécessaire de garder des gestes barrières en mémoire, et si possible de les appliquer encore », explique Guy Lienard, propriétaire de baraque à jeux.

Une brigade sanitaire composée de 6 personnes a été mise en place pour désinfecter les mains des visiteurs.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Une tâche difficile mais pas insurmontable. Pour les travailleurs présents qui seront aussi en poste durant le tiurai, peu importe la charge de travail, l’important est surtout d’en avoir un en pleine crise économique.

« Ça nous aide beaucoup, surtout en ce moment où c’est dur d’avoir du travail, confie Teva. Dès qu’il y a quelque chose, on saute dessus, c’est mieux que rien. Peu importe la somme qu’on gagne, c’est mieux que rien. »

Le tiurai représente 80% du chiffre d’affaires annuel des forains. Des centaines de familles en dépendent.

PRATIQUE
Ouverture prévue le vendredi 12 juin à 17 heures
Du lundi au vendredi : de 17 heures à minuit
Veilles de jours fériés et week-ends : de 17 heures à 2 heures du matin

Le site de Vaitupa ouvrira au public le 26 juin. Les forains de Mama’o, eux, devraient annoncer leur date d’ouverture très prochainement.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid 19 : preuves émergentes sur la transmission par...

Un groupe de 239 scientifiques internationaux a appelé lundi les autorités de santé de la planète et en particulier l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) à reconnaître que le nouveau coronavirus peut se propager dans l'air bien au-delà de deux mètres et à recommander par conséquent une ventilation vigoureuse des espaces publics intérieurs.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV