mardi 24 novembre 2020
A VOIR

|

Les modalités de voyage entre la Polynésie et la métropole

Publié le

Dominique Sorain, le haut-commissaire de la République en Polynésie française, a apporté des précisions concernant les déplacements en Polynésie française depuis et vers la métropole.

Publié le 12/11/2020 à 8:46 - Mise à jour le 13/11/2020 à 9:21
Lecture 2 minutes

Dominique Sorain, le haut-commissaire de la République en Polynésie française, a apporté des précisions concernant les déplacements en Polynésie française depuis et vers la métropole.

De la Polynésie vers la métropole

Depuis le 15 juillet 2020, en application des décrets et arrêtés réglementant les déplacements en période de crise sanitaire, les déplacements de personnes par transport public aérien entre la Polynésie française et tout point du territoire de la République sont interdits, sauf s’ils sont fondés sur :
– un motif impérieux d’ordre personnel ou familial,
– un motif de santé relevant de l’urgence,
– un motif professionnel ne pouvant être différé.
– un motif en lien avec l’impératif de reprise économique du territoire, dont notamment l’investissement, le tourisme ou les manifestations culturelles.

De la métropole vers la Polynésie

S’agissant du cas particulier des voyageurs provenant du territoire hexagonal et donc de la France, le haut-commissaire souhaite par ailleurs rappeler le cadre réglementaire applicable qui interdit actuellement les déplacements de personnes hors de leur lieu de résidence, à l’exception des seuls déplacements pour les motifs limitativement énumérés dans l’article 4 du décret du décret du 29 octobre 2020.

Dans ce cadre, les déplacements pour les motifs d’ordre familial et ceux relatifs à la santé et au travail sont possibles s’ils sont dûment motivés. En revanche, les déplacements au sein de la métropole liés à l’impératif de reprise économique de la Polynésie française ne figurent pas dans la liste des dérogations et sont donc interdits jusqu’à nouvel ordre.

Motifs dérogatoires pour un déplacement hors de sa résidence en métropole (article 4 du décret du 29 octobre 2020).

1° Déplacements à destination ou en provenance :
a) Du lieu d’exercice ou de recherche d’une activité professionnelle et déplacements
professionnels ne pouvant être différés ;
b) Des établissements ou services d’accueil de mineurs, d’enseignement ou de formation
pour adultes mentionnés aux articles 32 à 35 du décret précité ;
c) Du lieu d’organisation d’un examen ou d’un concours ;
2° Déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité
professionnelle, des achats de première nécessité, des retraits de commandes et des
livraisons à domicile
;
3° Déplacements pour effectuer des consultations, examens et soins ne pouvant être
assurés à distance et pour l’achat de médicaments
;
4° Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables
et précaires, pour la garde d’enfants, ainsi que pour les déménagements
;
5° Déplacements des personnes en situation de handicap et leur accompagnant ;
6° Déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal
d’un kilomètre autour du domicile, liés soit à l’activité physique individuelle des personnes, à
l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres
personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même
domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie
;
7° Déplacements pour répondre à une convocation judiciaire ou administrative ou pour se
rendre dans un service public ou chez un professionnel du droit, pour un acte ou une
démarche qui ne peuvent être réalisés à distance
;
8° Participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative.

infos coronavirus

Covid-19 : quand la crise profite aux coursiers

La crise de la Covid-19 ne fait pas que des malheureux. A contrario du secteur du tourisme ou de la restauration, l’activité de coursier tire son épingle du jeu. Avec le confinement et la propagation du virus, les sociétés de livraison sont plébiscitées par les Polynésiens, en particulier ceux des archipels en cette période des fêtes de fin d’année.