vendredi 23 août 2019
A VOIR

|

Les loisirs nautiques sous surveillance

Publié le

Publié le 06/07/2018 à 13:34 - Mise à jour le 06/07/2018 à 13:34
Lecture 2 minutes

Ce plaisancier s’est fait contrôlé. A bord de son bateau, il accompagne des jeunes passagers. Ce père de famille qui organise une sortie en mer a droit à un rappel des règles. S’il souhaite tracter une bouée, il doit y avoir à bord une personne âgée d’au moins 16 ans. C’est une spécificité de la réglementation locale. “Je n’ai rien contre les contrôles inopinés, cela permet d’être sensibilisé et d’apprendre des choses, comme c’est le cas aujourd’hui et c’est tant mieux. C’est comme sur la route, c’est bien que les gendarmes soient là pour cadrer les choses.”

En ce début de vacances, les gendarmes se montrent indulgents. L’opération de surveillance conduite tout au long du week end a pour objectif de sensibiliser les usagers de la mer . Depuis le début de l’année, la brigade nautique de la gendarmerie nationale a contrôlé 251 navires de plaisances, six de plongée ainsi que d’autres embarcations. La majorité des infractions concerne le matériel de sécurité.

“On est beaucoup dans la prévention, explique l’adjudant-chef Florent Baubiet, commandant de la brigade nautique de la gendarmerie nationale, en cas d’infraction, on demande aux gens de régulariser la situation. Ce qui nous importe avant tout c’est que les bateaux soient à jour question sécurité. Le cas échéant on demande aux gens d’acheter le matériel de sécurité et de nous envoyer la facture pour preuve de l’achat, du moins en ce qui concerne les infractions commises par des plaisanciers.” Par contre pour les professionnels de la mer, “Là, nous sommes beaucoup moins tolérants.”

Si le lagon et l’océan sont un espace de liberté, les autorités rappellent qu’une règlementation s’y applique . En 2017, 440 opérations de secours ont été conduites par le JRCC . Beaucoup d’entre elles auraient pu être évités en respectant des consignes basiques.
“L’objectif aujourd’hui est de rappeler aux usagers ces règles, précise Gonzague Aizier, chef du bureau Action de l’Etat en Mer, cette opération n’est pas à proprement parler, à vocation répressive, mais délivrer des conseils de prévention. aujourd’hui et demain la gendarmerie ira au contact des usagers de la mer.”

Prendre la météo avant de partir en mer, partir avec des équipements de sécurité et de communication, prendre de l’eau de la nourriture etc… telles sont les précautions de base, “Et prévenir ses proches sur l’endroit où l’on se rend de façon qu’en cas d’alerte, ils puissent prévenir le JRCC, avec un seul numéro à retenir, le 16.”

Depuis le début de l’année, la brigade nautique de la gendarmerie a contrôlé 419 embarcations de tous types allant du bateau de plaisance à la planche à voile et paddle et a relevé 208 infractions. Sur ces 208 infractions, 139 concernaient un manquement au matériel de sécurité.

A Tahiti, Moorea mais aussi dans les îles, les usagers de la mer sont prévenus. Les bridages nautiques vont multiplier les contrôles pour vérifier la régularité des embarcations .
 

Rédaction web avec Thomas Chabrol

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Économie : l’embellie se confirme en Polynésie

Au volet économie, la reprise de l’activité se confirme ! L’IEOM, l’AFD et l’ISPF ont présenté mercredi les comptes économiques rapides 2018 de la Polynésie. Ils révèlent un Produit intérieur brut en progression de 2,5 %. Les principaux moteurs de cette croissance sont la consommation des ménages, les exportations et les investissements. Les détails dans ce dossier :

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER