jeudi 4 mars 2021
A VOIR

|

Les jardins partagés ou les jardins ouvriers du XXI ème siècle

Publié le

Publié le 03/07/2017 à 14:44 - Mise à jour le 03/07/2017 à 14:44
Lecture 2 minutes

Depuis 2012, année de la création du projet de jardins partagés, la commune de Arue a mis en place une fois par mois, une vente des surplus de récolte. Les familles bénéficiaires de ce système, ont été sélectionnées suivant des critères bien précis pour s’occuper d’une parcelle de terre. Celles-ci sont suivies et formées par un prestataire, en l’occurrence Gilles Parzy, chantre local de l’agriculture biologique.

Yannick Mao est agent au service social de la commune de Arue, et en tant que tel, pilote des jardins partagés. « Les récoltes servent dans un premier temps à subvenir aux besoins alimentaires du foyer et revendre le surplus éventuel des récoltes dans des ventes organisées comme celle qui se tient ce mardi. »

Au départ, simple projet pour aider les familles en difficulté à s’autoalimenter, en l’espace de cinq années cet évènement est devenu incontournable. Les habitants de la commune et de celles avoisinantes viennent nombreux chaque mois faire le plein de légumes.

Pour Yannick Mao, une explication: « Ils se sont rendus compte que les légumes bio étaient bénéfiques pour la santé. On a pratiquement plus rien à vendre et cela va être à nous de faire des efforts pour produire plus et satisfaire un plus grand nombre de personnes. »

Par la suite les initiateurs aimeraient que les familles puissent s’auto suffire en se lançant dans l’agriculture bio, un peu à l’image des jardins ouvriers de la fin du 19eme siècle destinés à améliorer les conditions de vie des ouvriers en leur procurant un équilibre social et une autosubsistance alimentaire.
 

Rédaction Web avec Thomas Chabrol

infos coronavirus