samedi 11 juillet 2020
A VOIR

|

Les horticulteurs se préparent pour la Toussaint

Publié le

Publié le 23/10/2015 à 16:17 - Mise à jour le 23/10/2015 à 16:17
Lecture < 1 min.

Cette année, des septuagénaires ont décidé de confier leurs plantations entre les mains de leur fils adoptif. Depuis 3 mois, Ismaël, âgé de 34 ans ne compte plus les heures. Chaque matin il se rend dans le faaapu de ses parents adoptifs qu’il prépare pour la Toussaint . 

Cela fait 30 ans que la famille de Mareta et Ariti vit au gré des saisons, que ce  soit pour la pêche, l’agriculture ou pour l’horticulture. Mareta Tchioung Yao reste toujours présente dans le faaapu. Elle continue de suivre les plantations et  conseille son fils adoptif qui a décidé cette année, de reprendre l’affaire de ses parents. 

Ismael explique:  » j’ai fait pousser deux variétés de crête de coq. L’une qui est bien grosse et l’autre que l’on appelle corail. Avant pour vivre je faisais des petits boulots et lorsque j’arrivait à la fin du contrat, je n’avais plus de travail. C’est comme ça que j’ai décidé de me consacrer exclusivement à cette activité. Cette année je revends 15000 Fcpf et j’en ai 51. »

Une activité qui est donc plus rentable pour Ismael malgré la charge de travail. Après la Toussaint, Ismael et son employé se tourneront vers les plantations agricoles, des fruits et légumes qui seront certainement vendus au bord de la route à Mahaena. 
 

Rédaction web (Reportage de Tauhiti Tauniua)

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV