samedi 21 septembre 2019
A VOIR

|

Les habitants de Mataiea poursuivent leur mobilisation contre les îles flottantes

Publié le

Publié le 06/04/2018 à 14:44 - Mise à jour le 15/06/2019 à 3:18
Lecture 2 minutes

“Il n’y a absolument aucun accord aujourd’hui”, déclarait en février  sur Tahiti Nui Télévision Marc Collins, un des cinq associés de Blue Frontiers
De son côté, le gouvernement assurait que seul un memorandum of understanding soit un recueil d’intentions avait été signé. Un document qui, selon le Tapura Huira’atira, parti d’Édouard Fritch, est devenu caduque fin 2017 et n’engageait de toute manière en aucune façon le Pays. 

Ce samedi pourtant, Feia Rava’ai No Mataiea, un collectif de pêcheurs de Mataiea, a rassemblé une partie de la population pour une manifestation contre le projet d’îles flottantes. Ils étaient plusieurs centaines de personnes et membres d’associations a avoir répondu à l’appel de Georges Ateo dit papa Ko. 
La marche pacifique est partie du site de Tehoro jusqu’à la plage d’Atimaono, face au lagon, où pourrait être implanté, la première base d’îles flottantes. 

La marche de protestation organisée par les pêcheurs de Mataiea a pour but de défendre leur lagon synonyme de garde-manger. Un garde-manger qui a une signification bien particulière. “Beaucoup disent que ça ne se fera pas, mais il vaut mieux rester sur ses gardes (…) On est là par ce qu’on a tous grandi à Mataiea, explique Léonard Tauapaohu, enseignant. Il faut savoir que nos ancêtres parlaient de garde-manger à partir du sommet de la montagne jusqu’au tombant du récif. Après on nous parle aussi de marae terrestre, mais il y a aussi des marae lagonaires. C’est toute une histoire qui va s’effacer. (…) Ça me fait peur”

Georges Ateo dit papa Ko et le collectif des pêcheurs de Mataiea demandent au gouvernement, l’annulation par écrit, de ce projet d’îles flottantes à Atimaono.

Rédaction web avec Thierry Teamo

 
 

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Une Tahitienne championne de padel tennis

Léa Moerava Godallier est la numéro 2 française au classement de la Fédération Française de Tennis (FFT). Depuis septembre, elle s’est installée à Madrid car elle a intégré le circuit professionnel : le World Padel Tour qui regroupe tous les meilleurs joueurs mondiaux.

Grands projets : “cela va voir le jour” assure...

L’ouverture de la session budgétaire de l’assemblée s’est tenue ce matin avec les discours des présidents de l’hémicycle de Tarahoi, Gaston Tong Sang, et celui de la Polynésie Française, Edouard Fritch. Ce dernier a dressé un bilan d’étape de son gouvernement et donné les orientations à venir. Un bilan jugé positif pour la majorité, mais très critiqué par l’opposition.