vendredi 29 mai 2020
A VOIR

|

Les enseignants aussi s’adaptent à la continuité pédagogique

Publié le

On a pu le voir depuis lundi, la continuité pédagogique n’est pas une mince affaire. Mais par la force des choses, tout le monde doit s’adapter. Du côté des enseignants, cela implique entre autres de tout mettre en œuvre pour maintenir le contact avec les élèves et leurs parents.

Publié le 07/04/2020 à 17:08 - Mise à jour le 08/04/2020 à 11:23
Lecture 2 minutes

On a pu le voir depuis lundi, la continuité pédagogique n’est pas une mince affaire. Mais par la force des choses, tout le monde doit s’adapter. Du côté des enseignants, cela implique entre autres de tout mettre en œuvre pour maintenir le contact avec les élèves et leurs parents.

Confinement oblige, le métier d’enseignant a dû subir quelques modifications. S’ils n’ont plus d’élèves à canaliser en classe toute la journée, ils ont des parents à tenter de joindre, par n’importe quel moyen. « On envoie des SMS pratiquement toute la journée, on appelle les parents, on les rappelle… Après je fais une pause, je prends un café, et je recommence. Je pense que j’ai déjà dépassé mon forfait ! Mais ce n’est pas grave, on va garder ce contact. Et puis on doit garder le contact avec les familles au moins deux fois par semaine, et par élève, que ce soit un contact visuel, par messenger par exemple, ou alors un contact par mail, par SMS… par tous les moyens » explique Damaris Tahutini, professeure des écoles.

Lire aussi > École à distance : la difficile mise en œuvre de la continuité pédagogique

Pour faciliter le travail de ses 28 élèves de CM2, Damaris a ouvert une classe numérique. Les leçons et exercices y sont ajoutés au fur et à mesure. Et l’enseignante peut même y voir l’évolution de ses élèves : « Tous les jours, je vérifie que les enfants ont fait leur plan de travail. Pour tous les élèves qui n’ont rien fait ou qui n’ont pas commencé à travailler, eh bien je me permets d’appeler les parents et de leur rappeler qu’il faut absolument qu’ils fassent leurs activités scolaires ».

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Mais le but de la continuité pédagogique n’est pas d’accabler les parents, bien au contraire. « Pour ne pas compliquer le travail des parents parce qu’on sait très bien qu’ils ne peuvent pas avoir une classe normale à la maison, on propose des exercices de révision et non pas d’apprentissage. Le but étant que l’enfant reste dans son statut d’apprenant, et qu’il continue à travailler régulièrement soit avec ses manuels, soit avec ma classe numérique, soit avec les exercices que je proposerai par SMS. Mais en tout cas, qu’il fasse un travail régulier et à des heures régulières, pour que la reprise des cours soit beaucoup plus facile après cette crise du Covid-19 » nous dit Damaris.

Lire aussi > Continuité pédagogique : l’école à la maison avec ou sans internet

En attendant, les professeurs des écoles ont pris le parti de rester joignables, par Internet ou par téléphone, pour aider chacun de leurs élèves.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Par crainte de la foudre, SpaceX reporte son premier...

https://www.facebook.com/NASA/videos/695595847675337/ "Dragon, SpaceX : malheureusement, nous n'allons pas lancer aujourd'hui", a annoncé aux astronautes le directeur du lancement...

Covid-19 : le secteur aérien mondial durement frappé par...

Suppressions d'emplois, faillites et plans de sauvetages... le secteur aérien est frappé de plein fouet par la pandémie de coronavirus, qui a cloué les avions au sol.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV