vendredi 23 août 2019
A VOIR

|

Les détenus de Tatutu construiront la double pirogue de l’esplanade Jacques Chirac

Publié le

Publié le 24/07/2018 à 15:51 - Mise à jour le 24/07/2018 à 15:51
Lecture 3 minutes

Une pirogue double de plus de 20 mètres : c’est l’immense chantier auquel s’attellent des personnes incarcérées à la prison de Papeari. Une convention a été signée entre le centre de détention de Tatutu et le port autonome.

L’établissement a fait appel au savoir-faire des détenus pour la réalisation de l’ouvrage public qui figurera sur la future esplanade Chirac. En travaux à l’heure actuelle, elle devrait être finalisée en 2020.

Personne, au fenua, n’avait été à même de répondre à l’appel à projet du port. Il a même envisagé de délocaliser la confection de cette pirogue à Hawaii ou en Nouvelle Zélande. Georges Puchon souligne : “C’est une chance pour nous d’avoir trouvé une équipe qui soit capable de fabriquer une telle pirogue.” 

> Une super équipe

Finalement, le chantier a été confié aux participants de l’atelier va’a de la prison. Depuis son ouverture au mois de décembre, plusieurs pirogues de course en sont sorties. Le chef d’atelier explique : “Au début, on a un peu tâtonné. Je suis un passionné de pirogues mais ce n’est pas toujours évident. Nous avons été aidés. Avoir ce chantier, c’est une bonne chose. Nous avons réussi à former une super équipe.”

Pour le centre de détention, cette opportunité est une occasion de fournir un travail aux prisonniers et surtout : des perspectives d’emploi.

Le directeur de la prison, Gilbert Marceau, a mis en place un système qui consiste à responsabiliser et rendre autonome les détenus les plus exemplaires. Dans ce cadre, plusieurs projets de réinsertion ont été initiés.

La maquette de la pirogue de 20 mètres a été présentée ce mercredi aux autorités. Cette première miniature devait être exposée dans la salle d’attente de la gare maritime de Papeete mais Edouard Fritch a souhaité la voir exposée à la présidence. Le président de la Polynésie française indique : “La qualité de l’ouvrage est le reflet de ces personnes, de leur volonté de faire des choses, à un moment donné, qui soient belles… C’est eux qui nous ont montré que l’ouvrage est réalisable. C’est une réussite sur le plan culturel et sur le plan artisanal.” 

La collaboration entre le centre de détention et le port devrait se poursuivre. Un projet de monument artistique sur le platier de To’ata est déjà à l’étude.

Rédaction web avec Laure Philiber 

Chevalier dans l’ordre de Tahiti Nui

Gibert Marceau, directeur de la prison de Tatutu depuis son ouverture, passe la main. Il s’est vu remettre, ce mercredi après-midi, les insignes de l’Ordre de Tahiti Nui. Gilbert Marceau coordonne l’ouverture du centre de détention depuis 2014, et le dirige depuis son ouverture officielle, il y a près d’un an et demi. A Tatutu, le directeur a mis en place le système “Respeto”.

Ce système s’inspire d’un modèle espagnol qui consiste à responsabiliser et rendre autonome les détenus les plus exemplaires. Gilbert Marceau a également œuvré pour initier plusieurs projets visant à proposer une activité professionnelle aux détenus. Voire même des projets de réinsertion.

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Économie : l’embellie se confirme en Polynésie

Au volet économie, la reprise de l’activité se confirme ! L’IEOM, l’AFD et l’ISPF ont présenté mercredi les comptes économiques rapides 2018 de la Polynésie. Ils révèlent un Produit intérieur brut en progression de 2,5 %. Les principaux moteurs de cette croissance sont la consommation des ménages, les exportations et les investissements. Les détails dans ce dossier :

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard