jeudi 4 mars 2021
A VOIR

|

Les destinations d’Outre-mer doivent aussi attirer les touristes non-francophones

Publié le

Publié le 28/09/2015 à 7:01 - Mise à jour le 28/09/2015 à 7:01
Lecture 2 minutes

La ministre des Outre-mer qui visitait le salon professionnel du tourime IFTM Top Résa, qui se déroule du 29 septembre au 2 octobre à Porte de Versailles, a détaillé à l’AFP : « Il faut arriver à faciliter la venue de la clientèle, française et francophone mais aussi en provenance d’autres destinations. Par exemple, pour la Polynésie, on a facilité la délivrance des visas en provenance de la Chine, et pour la Réunion les visas en provenance de l’Inde et de la Chine« .
 
Se rendant sur les stands de Martinique, Guyane, Tahiti, Mayotte, Guadeloupe, Réunion ou encore Saint-Martin, elle a souligné qu’il y avait « aussi la question des dessertes aériennes et le fait de faciliter les transferts entre un pays étranger et les Antilles. Et pour l’instant nous ne sommes pas satisfaits de la situation actuelle« , en référence notamment au fait que depuis 2013, Air France ne dessert plus les Antilles depuis Roissy.  
Evoquant les destinations concurrentes, Mme Pau-Langevin a estimé que « l’ouverture de Cuba au tourisme risque d’être une concurrence sérieuse, mais il y a aussi des destinations en pleine tourmente » comme l’Afrique du nord et certains pays du Moyen-orient « et une partie du flux touristique pourrait se reporter sur la Caraïbe et l’Océan indien si nous sommes bien préparés« , selon elle.
 
Sur le stand de la Martinique, la présidente du comité du tourisme Karine Roy-Camille a confirmé qu’un des axes stratégiques était d’attirer plus de touristes non-francophones qui ne représentent encore que 20% environ des visiteurs de l’île. 
Des liaisons aériennes directes entre les Antilles et l’Amérique du nord (Miami, New York, Washington et Boston) sont en cours de création, grâce à l’arrivée de Norwegian Airlines.

Entre janvier et août 2015, l’aéroport de Guadeloupe a enregistré une croissance de 7% des arrivées en provenance d’Amérique du nord. Et pour la période de novembre 2015 à avril 2016, il fait déjà état d’un bond de 86% des prises de commandes en provenance des Etats-Unis.
 

AFP

infos coronavirus