A VOIR

|

Les députés polynésiens contre l’augmentation des tarifs des transports aériens

Publié le

Les frontières sont rouvertes, les avions sont pleins et les billets d'avion n'ont jamais été aussi chers. Ce constat est partagé par tous les acteurs du secteur. Moetai Brotherson, président de la Délégation aux Outre-mer de l'Assemblée nationale, a mentionné des taux d'évolution entre 30 et 62% d'augmentation selon les destinations. Les responsables des principales compagnies aériennes desservant les Dom ont justifié le haut niveau du prix des billets d'avion par les conséquences de la crise Covid et le « yield management », cette méthode informatique de formation des prix en fonction de l'offre et de la demande. Nos correspondants à Paris, ont tâché de savoir ce qui allait arriver dans les prochains mois.

Publié le 21/01/2023 à 17:05 - Mise à jour le 21/01/2023 à 17:36
Lecture < 1 min.

Les frontières sont rouvertes, les avions sont pleins et les billets d'avion n'ont jamais été aussi chers. Ce constat est partagé par tous les acteurs du secteur. Moetai Brotherson, président de la Délégation aux Outre-mer de l'Assemblée nationale, a mentionné des taux d'évolution entre 30 et 62% d'augmentation selon les destinations. Les responsables des principales compagnies aériennes desservant les Dom ont justifié le haut niveau du prix des billets d'avion par les conséquences de la crise Covid et le « yield management », cette méthode informatique de formation des prix en fonction de l'offre et de la demande. Nos correspondants à Paris, ont tâché de savoir ce qui allait arriver dans les prochains mois.

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour les voyageurs : à en croire les compagnies aériennes que les prix cessent d’augmenter est le mieux qu’ils puissent espérer. “Nous n’avons aucune visibilité à aujourd’hui. Nous sommes complètement dépendants de raisons qui sont exogènes et non pas andogènes. Nous, nous serrons tous nos coûts. Nous sommes une compagnie qui faisons attention à chacun de ses coûts et qui les examinent à la loupe. Nous pensons que nous faisons le maximum pour proposer les prix les plus serrés possibles”, déclare Thierry Moritz, responsable commercial French Bee

Pas de visibilité mais peut-être bientôt des comptes à rendre : les députés du fenua mènent en ce moment une commission spéciale sur les tarifs pratiqués par les compagnies aériennes. A l’Assemblée nationale ils ont auditionné les responsables de toutes les compagnies. Les enjeux sont très importants. “Comme vous le savez, le tourisme est très important dans les outre-mer et aussi le désenclavement, que ce soit pour les études, que ce soit social, médical, et donc nous avons besoin de ces compagnies aériennes. Mais ce qui est sûr c’est qu’il faut aussi qu’il y ait une coopération. On le voit par exemple en Polynésie, où l’attractivité touristique n’a jamais été aussi haute. Donc s’il y a une augmentation des billets d’avion, c’est qu’il y a eu des bénéfices qui sont allé très vite et n’ont pas été réinjectés dans l’investissement”, estime le député polynésien Tematai Le Gayic.

Prix du pétrole, orientation de l’euro et du Fcfp face au dollar : les indicateurs sont redevenus positifs ces dernières semaines. Pourtant, face aux députés, comme face aux sénateurs qui ont eux aussi leur commission spéciale, les compagnies aériennes n’annoncent aucun ajustement des tarifs. Ils veulent avant tout retrouver leurs profits pour maintenir les dessertes.