samedi 19 septembre 2020
A VOIR

|

Les confessions religieuses gardent la foi face au covid-19

Publié le

S’il n’y a pas encore de morts du coronavirus en Polynésie, nos îles ne sont pas pour autant épargnées par le virus. En plus des gestes barrières ou du confinement, chacun a sa méthode pour se préserver. Les plus croyants ont choisi de s'en remettre à leur foi.

Publié le 13/04/2020 à 17:09 - Mise à jour le 13/04/2020 à 17:10
Lecture 2 minutes

S’il n’y a pas encore de morts du coronavirus en Polynésie, nos îles ne sont pas pour autant épargnées par le virus. En plus des gestes barrières ou du confinement, chacun a sa méthode pour se préserver. Les plus croyants ont choisi de s'en remettre à leur foi.

Les confessions religieuses suivent la mesure d’interdiction de regroupement pour limiter la propagation du covid-19. Mais les fidèles n’ont pas pour autant arrêté de prier. Et ils le font d’autant plus dans les situations difficiles, comme celle que nous vivons.

« Quand on voit dans le monde ce qui se passe, on voit que l’être humain a des limites, confie le diacre Edgard Mahaa. Nous avons des limites sur tout ce qu’on connaît : la technique, l’intelligence… Dans l’Eglise protestante maohi, quand tu n’y arrives pas dans des moments difficiles, tu t’en remets toujours au Seigneur. »

En plus de la prière, certains ont décidé de jeûner. Dans l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des derniers jours, on va un peu plus loin que de s’abstenir de manger.

« Le jeûne préconise à ce qu’on puisse, pendant deux repas consécutifs, se priver, et consacrer la somme de ces deux repas à un fonds de jeûne pour aider les plus démunis, indique Benjamin Sinjoux, et également obtenir cette aide divine pour bénir non seulement notre Polynésie, mais toutes les nations du monde pour enrayer cette pandémie. »

Pour père Joël Aumeran, vicaire général du diocèse de Papeete, cette épreuve est aussi l’occasion de se remettre en question. « Cette période de coronavirus, même le confinement, il nous renvoie dans un désert où tout d’un coup il n’y a plus rien, explique-t-il. Il n’y a que moi et la vie, il n’y a que moi et ma santé. C’est là que je découvre que s’il n’y a pas l’amour, alors il n’y a rien. »

Selon le président des Assemblées de Dieu, Eugène Lemaire, rien n’arrive par hasard. Pour lui, le temps est venu de se recentrer sur ce qui est essentiel. Car « les relations entre couple, les relations entre parents et enfants, etc., toutes ces choses ont été complètement mises de côté, complètement négligées pour ne mettre en avant que le travail, le matériel, le succès…, regrette-t-il. Mais la puissance d’une nation, c’est la famille. Si la famille est en mauvaise santé, le pays et la nation aussi seront en mauvaise santé. »

En ces temps difficiles, certains estiment qu’il faut s’en remettre à Dieu, comme Edualdo Cicero. Pour cet enseignant au Ministère de la Vision de la Moisson, « il est important que ceux qui peuvent avoir accès à Dieu, parce qu’ils l’aiment et parce qu’ils le recherchent, se tiennent à la brèche. Parce que si nous ne vivons que pour ce monde, et si nous n’avons pour objectif que de vivre pour nous-même, réussir matériellement, on risque d’être très déçu du voyage. »

Si l’Etat et le Pays prennent leurs responsabilités, il en est de même des Eglises au fenua, car le seul objectif est de vaincre le covid-19.

infos coronavirus

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV