samedi 30 mai 2020
A VOIR

|

Les compétences des sage-femmes bientôt élargies en Polynésie

Publié le

Publié le 24/01/2018 à 14:10 - Mise à jour le 24/01/2018 à 14:10
Lecture 2 minutes

C’est une reconnaissance qu’elles réclamaient.  Avec leur nouveau pouvoir de diagnostic et de droit de prescription, les sages-femmes pourront assurer le suivi gynécologique de prévention et de contraception.
« Le souci à l’heure actuelle c’est que des actes comme la pose de dispositif intra-utérin, comme le stérilet, la pose d’implanon, des actes comme ça, ne sont pas couverts par la loi en Polynésie », explique  Carole Charles, présidente du syndicat des sages-femmes.

Jusque-là, les sages-femmes étaient limitées à des consultations de planification familial et dépistages du cancer du sein et du col de l’utérus.  Le projet de loi de Pays  lève toute restriction dans la prescription d’analyses de biologie et de radiologie, selon les besoins des patientes . L’élargissement des compétences permet d’offrir une offre de soins plus large pour les femmes. Car on ne compte qu’une dizaine de gynécologues en Polynésie.

Pour le docteur Maire Tuheiava, responsable du centre de consultations spécialisées en protection maternelle et infantile : « Cette accessibilité augmentée sur certaines problématiques féminines fait que pour les dames en Polynésie, ce sera un plus, en particulier dans les archipels où il est parfois difficile d’avoir des consultations gynécologiques. »

Les sages-femmes auront la possibilité aussi de réaliser les premières consultations pré IVG. Mais elles n’ont pas l’autorisation de pratiquer les interruptions volontaires de grossesse par voie médicamenteuse. L’agence de régulation de l’action sanitaire et sociale a encadré ce projet de loi. L’IVG relève des compétences de l’Etat. 
 
Le projet de loi du Pays a reçu un avis favorable du conseil de l’ordre des sages-femmes de la Polynésie française, du syndicat de sages-femmes de Polynésie française. Elles sont 140 à exercer en Polynésie. 

Reportage : Thomas Chabrol 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV