lundi 19 avril 2021
A VOIR

|

Les commerçants dressent le bilan des fêtes de fin d’année

Publié le

Publié le 03/01/2019 à 16:31 - Mise à jour le 03/01/2019 à 16:31
Lecture 2 minutes

Noël étant passé, il est désormais temps de faire les comptes pour les commerçants. Mais certains le savent déjà, leur chiffre d’affaires va être moins bon que les autres années. En 2018, selon la Fédération Générale du Commerce (FGC), les secteurs du service à la personne (coiffeurs, esthéticiennes…) ou encore les secteurs du luxe comme les bijouteries haut de gamme ont moins bien marché. Et c’est surtout durant la période des fêtes que la baisse d’activité a été la plus significative.

>>> Lire aussi : C’est la période des inventaires dans les magasins

Un magasin de multimédia à Papeete a enregistré une diminution de 20% de la fréquentation. Alors, à qui la faute ? Pour certains commerçants, l’effet French Bee y est pour quelque chose, la population préférant partir en voyage pendant les fêtes. « Il y a eu moins de consommateurs polynésiens durant cette période » affirme Gilles Yau, président du FGC.

En revanche, certains secteurs sortent leur épingle du jeu. Une enseigne spécialisée dans les vélos électriques a fait un bon chiffre d’affaires en 2018 : « Les ventes de vélos électroniques sont restées stables. On a subit une baisse sur les autres produits que les gens achètent d’ordinaire pour leurs enfants, sûrement à cause de l’effet French Bee. Les gens ont tendance à partir pour acheter leurs cadeaux » explique Shaun Yazot, responsable financier du magasin.

>>> Lire aussi : Après Noël, l’heure est à la revente des cadeaux

Un bon bilan pour certains, une tendance mitigée pour d’autres. Il faut désormais espérer que l’installation de la nouvelle compagnie aérienne profite à tous en 2019 : « On espère que l’effet French Bee dans les îles a été plutôt bénéfique de façon globale. On a une hausse du nombre de touristes assez intéressante. Cela apporte du monde dans la petite hôtellerie. Il faut s’attendre en 2019 à avoir plus de touristes, ce qui entraînera de la consommation et créera de l’emploi » ajoute Gilles Yau.

Mais pour créer de l’emploi, la FGC espère une baisse de la taxe sur les grandes surfaces et un assouplissement du code du travail polynésien en 2019, une réforme prévue par le gouvernement.

Rédaction web avec Sophie Guébel et Mata Ihorai

infos coronavirus