lundi 30 novembre 2020
A VOIR

|

Les cimetières sous surveillance pour la Toussaint

Publié le

Pour ne pas que les cimetières deviennent les prochains foyers de l’épidémie, ils sont placés sous surveillance. Pour la célébration de la Toussaint ce week-end, le port du masque et le respect des gestes barrières sont demandés à toutes les familles.

Publié le 31/10/2020 à 10:51 - Mise à jour le 01/11/2020 à 17:31
Lecture 2 minutes

Pour ne pas que les cimetières deviennent les prochains foyers de l’épidémie, ils sont placés sous surveillance. Pour la célébration de la Toussaint ce week-end, le port du masque et le respect des gestes barrières sont demandés à toutes les familles.

Par décret du haut-commissariat, le port du masque est obligatoire dans tous les lieux publics, et donc dans les cimetières également. Pour les propriétaires de tombes, entre Mahina et Arue, les avis sont partagés. « C’est étouffant, c’est insupportable, le travail est dur, il fait super chaud. Ce n’est pas qu’on ne veut pas respecter les ordres, mais bon, on n’est pas une centaine non plus… » nous dit l’un deux.

« C’est sur que cela dérange, mais voilà, on n’a pas le choix. Donc il faut se protéger et protéger les autres aussi » ajoute un autre. « Je porte le masque quand je sors de chez moi. Et au cimetière, il y a du monde » confie encore une autre personne venue se recueillir.

Pour rappel, le haut-commissaire a placé les cimetières et les offices religieux sous surveillance à partir de ce week-end et celui du 7 novembre : lorsque vous viendrez sur les cimetières ou aux messes, portez donc le masque et respectez les gestes barrières. Pour les grandes familles, des groupes de 6 personnes seront autorisés à se relayer sur les tombes de leur proches.

« Venez masqués. Si vous pouvez faire la prière à la maison, tant mieux, et ceux qui ont décidé de rendre hommage, respectez au moins les mesures » rappelle Damas Teuira, le maire de Mahina.

Malgré une forte propagation de la Covid, aucune commune n’a pris d’arrêté municipal pour fermer son cimetière. Les maires ont cependant la responsabilité de faire appliquer les mesures. Les élus iront au cimetière pour sensibiliser leurs administrés.

Aussi, pour cette fête de la Toussaint un peu particulière, les policiers municipaux de toutes les communes vont accentuer le contrôle des gestes barrières au sein des cimetières. Le non-respect des règles fera l’objet de verbalisations : l’amende s’élève à 16 100 Fcfp en cas de non-respect des gestes barrières.

Par ailleurs, la présence aux enterrements dans les cimetières sera limitée à 30 personnes du 2 au 16 novembre, avec possibilité de prolongement au 25 novembre 2020 en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

infos coronavirus

Malgré la Covid, forte affluence au marché de Papeete le dimanche

Alors que les bars, discothèques et salles de sport sont fermés et les animations commerciales en plein air interdites, le marché de Papeete, lui, était encore bondé ce dimanche. La direction a renforcé son dispositif afin de lutter contre la propagation du coronavirus, mais il reste difficile de faire respecter la distanciation sociale en raison de l'affluence...

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :