mardi 14 juillet 2020
A VOIR

|

Les associations se mobilisent contre les parcs à poissons du Port de Papeete

Publié le

Publié le 05/11/2018 à 9:49 - Mise à jour le 05/11/2018 à 9:49
Lecture 3 minutes

En octobre dernier, plusieurs internautes publiaient des photos sur Facebook montrant des poissons morts, flottant à la surface . Trop nombreux dans les parcs à poissons installés à la Marina de Papeete, évoluant dans des eaux troublées par la pollution (les grands travaux de la ville, les aménagements futurs ainsi que les nettoyages des commerces alentours)., les poissons se meurent, peu à peu. Sur sa page Facebook, le port autonome publiait alors un post expliquant que des analyses étaient en cours afin de déterminer les causes de mortalité des poissons et précisant : « Préserver la marina de Papeete, c’est aussi créer une interface entre la ville et le port en faisant découvrir aux Polynésiens les familles de poissons et les colonies de coraux qui y vivent et une nurserie pour repeupler le port ». Contactée par la rédaction de Tahiti Nui Télévision concernant le sort de ces poissons, la direction du port autonome avait indiqué ne pas souhaiter faire de déclaration.

>>> Lire aussi : À la marina de Papeete, les poissons se meurent

Pourtant, la sonnette d’alarme a été tirée depuis plus de deux ans déjàUne pétition a même été lancée et comptabilise aujourd’hui plus de 1 500 signatures. Pour la biologiste marine qui en est à l’origine, Isabelle Schildt, « il est inadmissible de placer des organismes dans un environnement pollué par l’homme ».

> Un stock de poissons renouvelé régulièrement

Dans un communiqué, un collectif d’associations (L214, Tīa’i Fenua, Sea Shepherd, SPAP, ARPAP et la Fédération des Associations de Protection de l’Environnement Te Ora Naho), dénonce la situation : « C’est intolérable. Nous savons, de source sûre, que le « stock » de poissons est renouvelé régulièrement. Ce que nous ne connaissons pas, ce sont les résultats de cette expérimentation ». Le collectif précise qu’à la base, le projet se voulait « expérimental » pour une durée d’un an avant une éventuelle reconduction.
Les associations indiquent qu’elles avaient réussi à aboutir à l’interdiction par les services du ministère de l’Environnement de placer des requins dans ces cages (espèces protégées en Polynésie française). Mais concernant les autres poissons ? « Concentration élevée d’hydrocarbures, de détergents, pour ne citer que cela, sont donc le quotidien des poissons et coraux condamnés à évoluer dans des espaces confinés d’un mètre de profondeur. Ce semblant d’écosystème ne présente à ses pensionnaires aucun abri, aucune stimulation naturelle et un taux de luminosité complètement inadapté. Ces conditions ont des répercussions sur l’équilibre des écosystèmes ». Et avec la saison des pluies qui approche, le collectif indique que les eaux seront davantage polluées. 

« Combien de temps encore allons-nous accepter de voir mourir régulièrement des poissons au nom de la distraction visuelle d’un petit nombre de promeneurs ? Que deviendront ces « pensionnaires » si, comme l’an passé, la ville de Papeete se retrouve de nouveau inondée et que la rade ne soit plus qu’un réservoir de boues et de polluants ? » Des questions restées sans réponses pour le moment. Afin de tenter de trouver une solution à ce problème, le collectif a demandé un retour transparent des analyses et surtout un bilan de ce projet à visée « expérimentale » démontrant son fondement éthique et responsable. En vain. Quinquis Bran, le responsable de l’environnement du Port Autonome de Papeete n’a pas souhaité répondre à leur demande.

Contacté par la rédaction de TNTV, René Temeharo, ministre de l’Equipement, a expliqué ne pas non plus souhaiter s’exprimer. 

Rédaction web

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Les hôtels se préparent au retour des touristes

Avec la réouverture des vols commerciaux le 15 juillet, les visiteurs internationaux vont faire leur retour au fenua. Dans les hôtels, de nombreuses mesures ont été mises en place pour les accueillir dans les meilleures conditions, mais aussi pour protéger les salariés d’une éventuelle infection au Covid-19. Distanciation sociale, marquage au sol, désinfection régulière des lieux et distributeurs de gel hydroalcoolique, tout a été repensé afin que les établissements hôteliers puissent reprendre leur activité. Une activité dont ils ont bien besoin même s’ils n’ont toujours aucune visibilité sur les mois à venir.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV