mardi 1 décembre 2020
A VOIR

|

Les artisans redoublent de créativité pour continuer à vendre en temps de crise

Publié le

Pour continuer d'attirer la clientèle, les artisans du marché de Papeete doivent redoubler d’imagination et de techniques de séduction. Comment s’y prennent-ils ? Une fleuriste et un artisan accessoiriste nous en donnent un aperçu.

Publié le 09/09/2020 à 17:03 - Mise à jour le 09/09/2020 à 17:03
Lecture 2 minutes

Pour continuer d'attirer la clientèle, les artisans du marché de Papeete doivent redoubler d’imagination et de techniques de séduction. Comment s’y prennent-ils ? Une fleuriste et un artisan accessoiriste nous en donnent un aperçu.

Isabelle a gagné sa journée. Elle a vendu 4 bouquets de fleurs aujourd’hui, c’est sa moyenne depuis que le marché de Papeete a rouvert avec de nouveaux horaires.

Depuis mars, cette fleuriste de Papara peine à retrouver 50% de son chiffre d’affaires. Ses bouquets, parfumés mais périssables, ne sont pas la première dépense des clients, plus tournés en ces temps de crise vers la nourriture. Mais avec la solidarité familiale, Isabelle tente de s’en sortir. Elle se positionne sur plusieurs fronts pour attirer la clientèle, locale surtout.

« En ce moment, j’arrive à liquider mes fleurs au marché, dans les grandes surfaces et avec les commandes qu’on me passe, confie-t-elle. On fait des livraisons aussi. Je fais avec ce qu’il y a. Surtout qu’on l’a bien sentie, la deuxième vague, au niveau de nos ventes. Alors quand je vends 2 ou 3 bouquets dans la journée, je suis contente. On a commencé aussi à vendre sur les réseaux sociaux. »

Dans la rue Colette, l’extérieur du marché est investi par des artisans. Des bijoux pour tous les goûts et toutes les bourses. Des articles qui ne sont pas, là non plus, la priorité des familles depuis l’apparition de la Covid-19.

Fabrice, artisan accessoiriste, a une clientèle fidèle depuis 6 ans. La crise sanitaire ne l’a pas réellement affaibli, nous dit-il, car il n’a pas cessé de créer.

« Je fais abstraction de ce qui se passe en ce moment. J’en suis totalement conscient, cependant je suis comme tout le monde, dans le besoin, souffle-t-il. Donc je m’adapte, je travaille énormément le goût et le prestige. J’allie les deux. La clientèle veut se permettre de rêver, donc j’essaie de satisfaire ce besoin pour n’importe quel porte-feuille. »

Séduire le client par des petits gestes, vendre en ligne ou créer constamment… des techniques déjà adoptées par certains artisans du marché depuis l’apparition de la Covid-19 et avec lesquelles ils devront apprendre à vivre.

infos coronavirus