dimanche 20 septembre 2020
A VOIR

|

Les archipels se préparent à un allègement du confinement

Publié le

Après 25 jours de confinement, et alors que les îles - hormis Moorea et Rangiroa - n'ont pas vu de cas déclaré de Covid-19 : la question de la poursuite du confinement strict se pose. Le haut-commissariat recueille les avis des maires dans l'éventualité d'un aménagement progressif du confinement dans les archipels...

Publié le 14/04/2020 à 15:49 - Mise à jour le 14/04/2020 à 15:49
Lecture 4 minutes

Après 25 jours de confinement, et alors que les îles - hormis Moorea et Rangiroa - n'ont pas vu de cas déclaré de Covid-19 : la question de la poursuite du confinement strict se pose. Le haut-commissariat recueille les avis des maires dans l'éventualité d'un aménagement progressif du confinement dans les archipels...

Alors que le confinement a été prolongé jusqu’au 29 avril, les îles, elles, épargnées par le virus, préparent la suite…

Les autorités avaient annoncé que la question serait à l’étude cette semaine.

Tubuai souhaite un déconfinement. Les Marquises Sud se coordonnent pour permettre des liaisons inter-îles, et aux Tuamotu, Rangiroa espère également un assouplissement des mesures.

« Suite aux consultations du Haut-commissaire, j’ai réuni ma cellule de crise hier », explique Fernand Tahiata. Le maire de Tubuai précise son voeu : « Nous avons essayé de demander le déconfinement progressif de Tubuai puisque nous n’avons aucun cas à l’heure actuelle. Nous avons voulu remettre un peu de l’activité sur l’île, parce-que tout est en déclin. L’agriculture, tous les secteurs… après, c’est le Haut-commissaire qui va décider. Il voulait d’abord nous consulter« .

« Nous souhaitons reprendre une activité partielle, tout est en déclin »

Fernand Tahiata, maire de Tubuai

Tubuai entend reprendre une activité partielle : « Nous avons voulu garder le couvre-feu, et l’interdiction de vente d’alcool. Nous ne voulons pas non plus voir de personnes de l’extérieur sur l’île. Mais si on peut nous accorder de reprendre les activités nautiques, et l’agriculture aussi… Parce-que tous les agriculteurs n’habitent pas à côté de leur champ. On attend la réponse du Haut-commissaire à présent. Pour les écoles en revanche, c’est plus compliqué. On ne peut pas reprendre tous seuls dans notre coin. Ca doit être collectif je pense« .

On aimerait une réouverture partielle de l’alcool pour éviter le komo »

Teina Maraeura, maire de Rangiroa

A Rangiroa, seule île éloignée où un cas de Covid 19 a été détecté, la population s’impatiente : « Je demande un déconfinement pour Rangiroa. La population commence à être énervée. Elle n’a pas l’habitude de rester enfermée dans la maison. En plus il fait beau, il n’y a pas de pluie.. » explique le maire, Teina Maraeura. « Bon, on a eu un cas, c’était une femme de France qui revenait de vacances. On l’a rapatriée sur Tahiti parce-que nous nous n’avions pas les moyens de nous en occuper. Pour les écoles : ça dépend du territoire. Il faut trouver un équilibre. On ne va pas décider dans notre coin. J’aimerais demander de changer les heures de couvre feu. Jusqu’à 22h. Il faut maintenir mais plus tard. Pour l’alcool, on aimerait ré-autoriser la vente d’alcool du lundi au jeudi, et uniquement l’alcool non réfrigéré. La population le demande. On craint l’alcool de contrebande, le komo, leur boisson éternelle« !

« Nous on ne parle pas de déconfinement mais de confinement allégé »

Etienne Tehaamoana, maire de Hiva Oa

Aux Marquises Sud, les maires aimeraient pouvoir reprendre les liaisons inter-îles pour permettre à Fatu Hiva et Tahuata de s’approvisionner : « Alors nous on ne parle pas du tout de déconfinement, mais de confinement allégé. On va essayer de se mettre en visio conférence avec nos collègues maires des Marquises sud, pour voir entre nous comment on va essayer de travailler ensemble pour qu’il y ait une circulation interne. Cela permettrait à ceux de Fatu Hiva et de Tahuata de venir s’approvisionner chez nous. Ils n’ont pas de banque chez eux, ils n’ont plus de sous. Il y a des endroits où ils ont l’habitude de venir faire des courses. On aimerait alléger le confinement suivant les besoins de la population, tout en prenant des précautions« .

Etienne Tehaamoana, maire de Hiva Oa

Le maire de Hiva Oa évoque aussi la question des Marquisiens bloqués à Tahiti. « On a un PC de crise 24/24h. Tout le monde est là, à la mairie. On a beaucoup d’appels de Tahuata et de Fatu Hiva. On les comprend. On va voir si on laisse les gens de Tahiti revenir. C’est plus dur parce-que nous n’avons pas la garantie qu’ils vont vraiment respecter la quatorzaine ou le confinement à domicile… sachant qu’il y a de nouveaux cas sur Tahiti. On comprend nos Marquisiens qui ont envie de rentrer, mais on comprend aussi notre population qui a peur de voir arriver le virus ici. On ne parle pas encore de retour de nos concitoyens sur notre archipel« .

Comme ses homologues des Australes et des Tuamotu, Etienne Tehaamoana plaide pour un maintien du couvre feu, mais modulable : « Le couvre feu, c’était une bonne chose. Mais on va peut-être demander à changer les horaires, notamment pour les chasseurs et pêcheurs. Les crabes, par exemple, on ne peut pas les ramasser à 5h du matin ! Il faut bien qu’on y aille à 21 ou 22h ! On aimerait que le couvre feu soit aménageable« .

Quant à la reprise des cours : « Pour l’école, on aimerait reprendre doucement. C’est bien de le faire par internet, et d’envoyer les documents dans les familles. Ici, les gens peuvent venir à la mairie pour utiliser internet. On a même eu un jeune qui voulait travailler pendant le dimanche de Pâques ! Mais pour les vallées, c’est plus difficile ».

Ce mardi matin, Dominique Sorain, le Haut-commissaire, a indiqué que les entretiens avec les maires des îles vont se poursuivre toute la semaine. « On a des contacts avec tous les tavana, dans tous les archipels. On va tous les appeler, pour savoir ce qu’ils souhaitent. On ne parle pas d’un déconfinement mais d’un allègement de certaines mesures. On ne peut pas rétablir la circulation entre Tahiti et les autres îles, mais on peut examiner dans quelles conditions on peut aménager les choses. Il n’y a pas eu de contaminations dans les îles. On est encore au stade de la réflexion. On souhaite aménager les choses en matière d’activité économique notamment. On en dira plus dans la semaine« .

infos coronavirus

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV